Bizutage : les étudiants en médecine de Lille ne voient (presque) pas le problème

Mediacités a mis la main sur un document confidentiel qui confirme le rôle central de l’alcool et suggère des pistes d’encadrement. Problème : les étudiants sondés sur leur vision des soirées d'intégration ne semblent pas avoir pris conscience du danger qu'elles représentent, malgré les deux accidents mortels de ces dernières années.

Suivi_bizutage_Fac_medecine_Lille
Soirée d'intégration de la faculté de médecine de Lille. Photo partagée sur les réseaux sociaux, anonymisée par Mediacités.

Circulez, y’a rien à voir ? A première vue, telle semble être l’opinion des étudiants de la faculté de médecine de Lille au sujet des soirées « d’intégration » organisées chaque année à partir de septembre, à en croire un vaste sondage par l’université. En 2021, un étudiant admis en deuxième année, Simon Guermonprez, est mort au retour de l’une d’elle, poussant l’administration à lancer une mission sur ces « événements festifs ». Alors que la rentrée universitaire approche, Mediacités s’est procuré le rapport, bouclé en avril 2022 mais jamais rendu public, après un recours auprès de la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada).

La faculté a sondé 429 étudiants et les chefs des huit groupes d’intégration composés chacun d’environ 40 à 120 futurs médecins. Si nos précédentes enquêtes ont prouvé que le bizutage prospère toujours, eux, sans surprise, nient toute illégalité. En 2021–2022, les deux‐tiers des deuxième année ont intégré l’un de ces collectifs autogérés, jugés indispensables à leur vie sociale. « Plusieurs chefs de groupes ont ainsi fait valoir les valeurs de solidarité, d’entraide, de complicité ou de reconnaissance mutuelle qui y régnait », note le rapport.

Alors que des photos et vidéos partagées sur les réseaux sociaux témoignent de propos sexistes, d’alcoolisation …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Favorite

Par Alexia Eychenne