Nantes, deuxième du baromètre des villes cyclables, mais « la dynamique n’y est plus »

Nantes, 2e ville cyclable en France après Strasbourg ? C’est ce qu’indique le baromètre de la FUB, dévoilé ce jeudi 6 février. En apparence, ce beau résultat contredit le torrent de critiques de la cyclosphère locale. Mais dans le détail, l’enquête de la Fédération des usagers de la bicyclette révèle la faiblesse du bilan… Pour éclairer ce paradoxe, entretien avec son président, Olivier Schneider.

Nantes Vélo
Piste cyclable; à Nantes, face au Lieu Unique / Photo: Benjamin Peyrel pour Mediacités

Dans nos récentes enquêtes consacrées à la politique de la ville en matière de vélo, nous avions imaginé que Nantes pourrait perdre sa place sur le podium de la Fédération française des usagers de la bicyclette. Nous nous sommes trompés : dans le classement révélé ce soir, elle reste deuxième parmi les villes de plus de 200 000 habitants. Toujours derrière Strasbourg, mais devant Rennes, Paris et surtout Bordeaux (pour les amateurs de statistiques et les curieux, le tableau complet et de nombreuses données sont disponibles à la fin de cet article). Un joli résultat, d’autant plus frappant qu’il se base sur le ressenti des habitants… Comme s’il y avait un fossé entre un sentiment général plutôt positif d’un côté, et les exigences de militants vélo intransigeants, de l’autre. Pour en avoir le cœur net, nous avons donc cherché à obtenir des explications auprès du président de la FUB. Et ses réponses dressent un tableau plus contrasté que ce que ce beau classement pourrait laisser croire.

Mediacités : Qu’est-ce qui différencie le baromètre de la FUB des autres classements qui existent sur le vélo, dans lesquels Nantes a récemment rétrogradé ?

Olivier Schneider : Nous, à la FUB, on n'évalue rien. On donne la parole aux citoyennes . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Julie Reux