Dans nos récentes enquêtes consacrées à la politique de la ville en matière de vélo, nous avions imaginé que Nantes pourrait perdre sa place sur le podium de la Fédération française des usagers de la bicyclette. Nous nous sommes trompés : dans le classement révélé ce soir, elle reste deuxième parmi les villes de plus de 200 000 habitants. Toujours derrière Strasbourg, mais devant Rennes, Paris et surtout Bordeaux (pour les amateurs de statistiques et les curieux, le tableau complet et de nombreuses données sont disponibles à la fin de cet article). Un joli résultat, d’autant plus frappant qu’il se base sur le ressenti des habitants… Comme s’il y avait un fossé entre un sentiment général plutôt positif d’un côté, et les exigences de militants vélo intransigeants, de l’autre. Pour en avoir le cœur net, nous avons donc cherché à obtenir des explications auprès du président de la FUB. Et ses réponses dressent un tableau plus contrasté que ce que ce beau classement pourrait laisser croire.

Mediacités : Qu’est-ce qui différencie le baromètre de la FUB des autres classements qui existent sur le vélo, dans lesquels Nantes a récemment rétrogradé ?

Olivier Schneider : Nous, à la FUB, on n'évalue rien. On donne la parole aux citoyennes . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !