Sur le site du Carnet, entre Nantes et Saint-Nazaire. / Photo : Mathilde Doiezie

Zone du Carnet : coup d’arrêt pour le projet du Grand port maritime Nantes – Saint-Nazaire

Depuis plusieurs mois, le projet d’extension du Grand port maritime de Nantes – Saint-Nazaire (GPMNSN) devant voir le jour sur la rive gauche de la Loire divise profondément. Jusqu’aux défenseurs de l’environnement, comme nous le racontions dans une récente enquête. Voilà qui devrait les réconcilier, au moins pour un temps. Mardi 3 novembre, la direction du GPMNSN a en effet annoncé qu’elle suspendait pour « au moins un an » son projet de création d’un « parc écotechnologique » sur 110 hectares de cette zone naturelle.

En cause, un avis défavorable rendu le 30 octobre dernier par le Conseil scientifique régional du patrimoine naturel. Cette institution méconnue a été créée en 2002, sous le gouvernement de Lionel Jospin, par la loi relative à la démocratie de proximité. Instance consultative, placée auprès du préfet et du président du Conseil régional, elle est composée de spécialistes des sciences de la vie et de la terre, nommés pour leurs compétences scientifiques. Leur rôle ? Rendre des avis sur des questions relatives à la connaissance, la conservation et la gestion du patrimoine naturel régional.

https://www.mediacites.fr/decryptage/nantes/2020/10/01/sur-la-jeune-zad-du-carnet-la-divergence-des-luttes-ecolos/

Et c’est donc ce qu’a fait sa commission « espèces – habitats » en statuant sur le dossier présenté par le Grand port maritime. En l’occurrence, dans ce document de sept pages, les scientifiques ne portent . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.

Précédemment dans l'Oeil

Quand les campagnes électorales financent la société du chef de cabinet de Sarah El Haïry

Chef de cabinet de la secrétaire d’État à la Jeunesse, Adrien Baron concilie politique et business grâce à sa société de communication MBG Ouest. Une double casquette qu’il a mise à profit lors de deux dernières élections.

Violences faites aux femmes : Citad’elles victime de son – triste – succès

En un an, ce centre d’accueil et de soutien unique en France a accueilli plus de 1250 femmes victimes de violences. Un afflux tel que la ville de Nantes doit augmenter le personnel d’accueil et cherche des co-financeurs. Et, justement, la porte d’un soutien de la Région Pays de la Loire et du ministère semble enfin s’entrouvrir.