«Une actualité en chasse une autre » ; « Les médias zappent les sujets les uns après les autres »… Ces reproches fréquemment entendus sont légitimes. A Mediacités, nous avons à cœur de suivre nos enquêtes et d’essayer d’en évaluer l’impact. Pour cela, nous publions régulièrement des « compléments d’enquête ». Un exercice d’humilité, bien souvent : s'ils contribuent à lancer ou à nourrir un débat public, nos articles ne produisent pas toujours un effet immédiat. Mais l'exercice n'en reste pas moins nécessaire. Comme l’an dernier à deux reprises et avant d’entamer une nouvelle année, nous nous sommes donc replongés dans quelques-unes de nos archives. Avec une question en tête : que s’est-il passé depuis leur publication ?
1. La longue inertie des autorités face à l’usine Yara de Saint-Nazaire
C’est un dossier que nous avions ouvert en décembre 2018 : celui de l’usine chimique de la multinationale norvégienne Yara, installée à Montoir-de-Bretagne. Comme nous le révélions alors, cette dernière pollue impunément l’atmosphère et l’eau de l’estuaire de la Loire depuis au moins douze ans. Dans notre première enquête, après avoir épluché de nombreux rapports de l’Inspection des installations classées ainsi que des échanges entre la préfecture et l’entreprise, nous révélions que cette usine classée « Seveso seuil haut » contrevenait aux règles de sécurité mais était surtout la championne régionale des émissions industrielles d’azote et de phosphore. Une situation connue des autorités qui, malgré une décennie de mise en demeure et de rappels à l’ordre, n’a jamais réussi à imposer à l’industriel de se conformer à la réglementation. « Yara fait preuve de cynisme industriel à la limite de la délinquance environnementale », nous confiait Jean-Christophe Gavallet, qui présidait alors l’antenne régionale de l’association France Nature Environnement.

https://www.mediacites.fr/enquete/nantes/2018/12/06/pres-de-saint-nazaire-lusine-yara-pollue-impunement-depuis-une-decennie/

Et depuis ? Depuis, la mobilisation des associations et le suivi des médias se sont accentués autour de l’usine chimique. En juin, une centaine de militants et riverains manifestaient devant ses portes tandis que le quotidien Libération lui consacrait un article, expliquant notamment que l’usine avait encore fait l’objet d’une dizaine de . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Benjamin Peyrel
Co-fondateur de Mediacités et rédacteur en chef de son édition nantaise. Avant de me lancer dans cette aventure, j'ai débuté au quotidien La Croix et suis passé par différentes rédactions (L’Humanité, Le Parisien, etc), avant de rejoindre L’Express et d'écumer préfectures et sous-préfectures pendant dix ans. Je m’intéresse notamment aujourd’hui aux montagnes de données que les collectivités comme les citoyens produisent quotidiennement et aux moyens de les utiliser pour faire avancer l'information.