Malgré les promesses de renouveau, l’IEA de Nantes encore embourbé dans sa crise

Difficultés financières, dépendances aux fonds publics, problèmes de gouvernance, bizarreries de gestion… Le rapport de la Chambre régionale des comptes sur l’Institut d’études avancées nantais confirme ses difficultés. Et émet des doutes sur le modèle choisi pour se réinventer par l’établissement accueillant des chercheurs du monde entier.

IEA Nantes – Flickr – CC
Façade sud de l’IEA / MSH de Nantes. / Photo : CC – Flickr – Jean-Pierre Dalbéra

«L’IEA est un pilier indispensable de la recherche pour notre territoire et pour le monde académique. Nouvelle étape et nouveau projet scientifique adoptés ce matin par le Conseil d’administration. A la clé : une + grande ouverture et un rayonnement encore + important ». Le 27 janvier dernier, dans un message publié sur Twitter, Johanna Rolland voulait tourner une page : celle de la crise subie par l’Institut d’études avancées de Nantes depuis plusieurs années.

Problèmes de gouvernance à répétition, déficits financiers chroniques, interrogations sur l’identité de cet organisme accueillant des chercheurs étrangers en résidence à Nantes et sur son utilité pour le territoire… Comme Mediacités l’avait décrit dans une longue enquête en avril 2021, l’institution fondée par Jean-Marc Ayrault en 2008 traverse une zone de très sévères turbulences.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Benjamin Peyrel