Souvenez-vous : le 22 juin 2016, le préfet de la Région Occitanie annonçait un plan de gestion pour le développement durable du Canal du Midi assorti d’un budget estimé à 230 millions d’euros sur cinq ans (2017 à fin 2021), financé à 50 % par l’État. La Région proposait alors d’y participer à hauteur de 40 millions d’euros. Problème, impossible depuis lors de retrouver la trace de ces 230 millions d’euros.

Et pour cause, le nouveau directeur du projet Canal du Midi auprès de la préfecture de Région, Laurent Cyrot, admet aujourd’hui, face à Mediacités, un « affichage destiné à mobiliser tous les acteurs » et un « budget initial pouvant inclure, en plus des investissements, des dépenses d’entretien », bien que ces dernières ne soient pas chiffrées.

D’après notre enquête, le financement est réparti entre un contrat de plan État Région (CPER) 2015–2020 révisé le 6 janvier 2017, et un contrat-cadre entre l’État, la Région et Voies Navigables de France, signé le 9 novembre 2019. 

Au total, en incluant ces deux plans, les participations pour les budgets 2017–2021 s’élèvent à 56 millions d’euros pour VNF, 40 millions d’euros pour la Région, 13 millions d’euros pour L’État. À ces 109 millions d’euros d’engagements signés, s’ajoutent les participations des autres collectivités : départements, métropoles, intercommunalités et les 92 communes traversées par le canal. Si la Région « n’a pas pour l’heure un décompte précis des participations de chacun » elle estime les financements totaux à « plus de 135 millions d’euros ». On est loin encore des 250 millions d’euros promis.
Le mic …

Il vous reste 65% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !