Culture : la ville de Toulouse ne sauvera pas le pavillon Mazar

Le 18 mars, le Groupe Merci devra avoir quitté l'ancienne fabrique de draps du XIXe siècle qu'il avait transformée depuis 24 ans en un laboratoire du théâtre vivant. La Ville de Toulouse a finalement décidé de ne pas se porter acquéreur ni de louer ce bâtiment classé.

Pavillon Mazar
Le Groupe Merci va quitter le Pavillon Mazar. / © Rémi Benoit

Sale époque pour les lieux culturels toulousains. Après la fermeture administrative de Mix’art Myrys pour des raisons de non‐conformité à l’accueil des publics, fin janvier, c’est au tour du Groupe Merci de devoir plier boutique. 

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Cet article concerne la promesse : 
Voir toutes les promesses de vos élus

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Favorite

Par Armelle Parion