Le Pavillon Mazar est toujours une coquille vide

Pavillon Mazar Rémi Benoit
Le Pavillon Mazar. / © Rémi Benoit

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 2 minutes

Favorite

Par Armelle Parion

Le bâtiment classé aux Monuments historiques reste vide depuis l’éviction du groupe Merci. Son rachat par l’homme d’affaires toulousain Thierry Oldak, n'y a rien changé. De quoi s’interroger sur la préservation de sa vocation culturelle à moyen terme.

Joyau patrimonial toulousain du 19e siècle dans le quartier de La Bourse, à Toulouse, l’ancienne manufacture de draps reste désespérément vide, depuis l’éviction il y a trois ans du groupe Merci. La troupe d’expérimentation et de recherche de théâtre a occupé pendant plus de vingt ans les 400 m² sous huit mètres sous plafond du bâtiment, avant de plier bagage à l’issue de dix ans de procédures judiciaires avec les anciens propriétaires.

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement