Transports lillois : Keolis joue à qui veut perdre des millions

La Métropole européenne de Lille (MEL) a choisi son nouveau délégataire pour les transports publics. L’actuel détenteur, Keolis-Transpole a tout fait pour l'emporter face à Transdev. Il a pourtant accumulé 85,7 millions d'euros de pertes ces dernières années. Explication d'un paradoxe.

Tramway_Lille_Transpole
Tramway de Lille Roubaix Tourcoing exploité par la société Transpole, filiale de Keolis. Photo : Sebastien JARRY/MAXPPP

Ce 30 novembre 2017, à la station Lille Europe, Gilles Fargier est tout sourire. Le patron de Keolis Lille (Transpole) est venu en invité assister à l’inauguration des premiers portiques d’accès au métro dont il a la gestion. L’investissement dépasse le million d’euros, supporté intégralement par la métropole lilloise (MEL). C’est la Saint‐Nicolas avec une semaine d’avance ! D’autant que dans sa hotte, le Père Noël Damien Castelain, président (divers droite) de la MEL, transporte un cadeau bien plus somptueux, d’une valeur de 60 millions d’euros. Soit la facture estimée pour généraliser ces équipements anti‐fraude aux soixante stations du métro, d’ici 2020.

Ces portiques constituent en fait l’un des rares cadeaux que la MEL aura fait à son opérateur de transports, tout au long du contrat de 7 ans qui s’achève (2011–2017). Celui‐ci avait en effet été taillé au cordeau par les services de la collectivité. Déjà sur le fil la première année, le réseau lillois a plongé dans le rouge dès 2012 pour n’en plus ressortir. Année après année, l’exploitant Keolis‐Transpole a dû essuyer les pertes. Et plus exactement, demander à sa maison mère, le groupe Keolis SA (lui‐même contrôlé par la SNCF), de boucher les trous. Selon nos informations, celui‐ci a refinancé sa filiale lilloise à hauteur de 64,8 millions d’euros en capital entre 2012 et 2016. Un gouffre…

Pour autant, jamais Keolis n’a envisagé de jeter l’éponge et de laisser le coûteux réseau lillois à son concurrent Transdev. Au contraire ! Les deux concurrents se sont livrés une redoutable bataille qui s’est terminée de façon précipitée suite à l’incroyable bévue que Mediacités vous a narrée dans les moindres détails. Le verdict de cet appel d’offres singulier a été dévoilé le 15 décembre en conseil communautaire. Keolis a été choisi sur la base d’un rapport d’évaluation soumis aux élus : Transdev n’y a l’avantage que sur un seul des 23 critères examinés (contre 13 pour Keolis, et 9 fois jeu égal), et c’est d’ailleurs un critère financier…

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Favorite

Par Olivier Aballain