Aubry se verdit : histoire d’une conversion tardive à l’écologie

Pure tactique électorale ou conviction tardive ? Depuis septembre 2018, la maire de Lille a verdi son discours et fait de la transition écologique son nouveau mantra. Mediacités tente de soupeser la réalité de ce revirement.

Martine_Aubry_Vert
Illustration Jean-Paul Van der Elst

Des papillons. En ce jour de septembre 2018, Martine Aubry ne peut s’empêcher d’expliquer, lors de sa conférence de presse de rentrée, qu’elle a vu des papillons dans son jardin. « C’était la première fois », s’émeut-elle. L’élue y voit un signe du travail réalisé par la Ville en matière de biodiversité. Et ça lui donne des ailes ! La voilà déroulant sa priorité pour l’année : la transition écologique. Quatre mois plus tard, lors de ses vœux à la presse, elle insiste. Ses deux priorités pour 2019 ? La « justice sociale » et… « la transition écologique ».

Martine Aubry serait‐elle devenue subitement écolo ? Son ancien bras droit, Gilles Pargneaux, s’étrangle : « Elle n’a jamais été de la mouvance sociale‐écologique. Ce qui fait le socle de la social‐démocratie à la française, c’est l’emploi, la croissance, la construction et l’aménagement lié à l’immobilier. D’ailleurs, quand on regarde le mandat depuis 2014, Martine Aubry, c’est la productiviste à l’état pur. » La critique est rude. S’expliquerait-elle par le fait que l’ancien député PS européen a rallié Emmanuel Macron, l’ennemi N°1 des socialistes ?

Pour le vérifier, Mediacités s’est replongé dans les programmes des municipales de 2008 et 2014. Le constat est limpide : l’écologie est loin de figurer au cœur du programme de Martine Aubry. Dans le document de 40 pages édité pour le mandat 2008–2014, seules deux pages sont consacrées à « Lille, ville nature ». La candidate y évoque les projets de rénovation de la Citadelle (labellisé espace vert écologique), l’aménagement du Jardin des Sports à Wazemmes, la création du Jardin des Géants à Saint‐Maurice Pellevoisin, du Jardin d’eau aux Bois‐Blancs, de corridors verts à Lille‐sud ou la suppression des pesticides…

https://www.mediacites.fr/lille/decryptage-lille/2018/01/12/a‑lille-le-combat-inegal-entre-ville-dense-et-espaces-verts/

Entre 2008 et 2014, Martine Aubry laisse son adjoint écologiste aux espaces verts, Eric Quiquet, s’emparer de ces dossiers. Un ex‐élu municipal raconte : « Elle a passé son temps à freiner l’action des Verts. Ce n’est même pas du greenwashing

* Le greenwashing est un procédé de marketing ou de relations publiques utilis …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Favorite

Par Laurie Moniez