Les nouveaux box à vélos lillois sont-ils suffisants ?

La Ville de Lille veut implanter cinquante box à vélo supplémentaires en 2021. Mais ces parkings publics ne permettront pas, à eux seuls, de lutter contre le vol, principal frein au développement de l’usage de la bicyclette.

20210121_124650
Un box à vélos dans la rue Nicolas Leblanc, à Lille. Photo : Brianne Cousin

On les a vus fleurir un peu partout en 2019 et leur nombre va doubler cette année : la Ville de Lille souhaite installer 50 box à vélos supplémentaires en 2021. Ils viendront s’ajouter aux 51 déjà ancrés à Lille, Lomme et Hellemmes. Objectif : pallier le manque de places de stationnement privées dans les immeubles, et favoriser ainsi le développement de la bicyclette.

L’idée de départ vient du budget participatif de 2018. Depuis, elle rencontre « un franc succès », d’après Jacques Richir, adjoint à la mairie de Lille en charge des mobilités. Les box sont positionnés en fonction de la demande, à proximité des habitations.

Si on peut en trouver un peu partout, la plupart sont concentrés dans l’hyper-centre : on compte 46 installations à Lille contre deux à Lomme, et trois à Hellemmes, selon les données mises à disposition par la Métropole. Beaucoup d’abris à vélo ont été disposés à Wazemmes, avec deux box pour la seule rue Barthélémy Delespaul et deux dans les rues voisines de Lens et Gustave Joncquet. À l’inverse, le sud du quartier de Moulins paraît bien vide. Il ne possède que deux emplacements, rue des Hannetons et rue Longueil.

Installés sur une place du parking ou sur un trottoir, si la largeur le permet, ces box abritent cinq vélos. Le calcul est donc vite fait : la ville de Lille peut compter aujourd’hui au maximum 255 heureux locataires pour leur deux roues. Ils sont aujourd’hui 245 à bénéficier d’une place dans un box, selon les données mises à disposition par la Métropole. Les 250 places qui devraient s’ajouter cette année ne suffiront pas à la demande. La liste d’attente pour ce . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Brianne Cousin