La majorité sortante se déchire entre David Kimelfeld et Gérard Collomb, l’opposition de droite hésite entre Alexandre Vincendet et François-Noël Buffet… A un an des élections métropolitaines du Grand Lyon – les premières qui se joueront au suffrage universel direct –, l’incertitude plane encore sur les têtes d’affiche, mais un thème s’impose déjà comme le principal enjeu du scrutin : les déplacements.

L’actuel président David Kimelfeld évoquait, le 4 mars dernier, deux nouveaux tramways, à Saint-Fons et à Vaulx-en-Velin, avant d’envisager en conseil de Métropole « un doublement du budget d’investissement du Sytral », l’autorité organisatrice des transports dans l’agglomération, lors du prochain mandat. Cocasse alors que la contribution du Grand Lyon

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement

Cet article concerne les promesses :
« Développer le métro E » « Investir 3 milliards d’euros dans le développement des transports en commun »
Voir toutes les promesses