La majorité sortante se déchire entre David Kimelfeld et Gérard Collomb, l’opposition de droite hésite entre Alexandre Vincendet et François-Noël Buffet… A un an des élections métropolitaines du Grand Lyon – les premières qui se joueront au suffrage universel direct –, l’incertitude plane encore sur les têtes d’affiche, mais un thème s’impose déjà comme le principal enjeu du scrutin : les déplacements.

L’actuel président David Kimelfeld évoquait, le 4 mars dernier, deux nouveaux tramways, à Saint-Fons et à Vaulx-en-Velin, avant d’envisager en conseil de Métropole « un doublement du budget d’investissement du Sytral », l’autorité organisatrice des transports dans l’agglomération, lors du prochain mandat. Cocasse alors que la contribution du Grand Lyon

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !

Cet article concerne les promesses :
« Développer le métro E » « Investir 3 milliards d’euros dans le développement des transports en commun »
Voir toutes les promesses