Des « députés playmobil ». L’image a collé aux élus de la majorité présidentielle tout au long de la législature : celle d’un groupe de parlementaires interchangeables qui votent comme un seul homme les projets de loi du gouvernement. Correspond-elle à la réalité ? Mediacités s’est plongé dans les votes des 12 députés macronistes élus en 2017 dans le Rhône. Huit d’entre eux tenteront, ce dimanche 19 juin, de prolonger leur bail à l’Assemblée nationale. Lesquels ont suivi à la lettre les consignes de leur parti ? Lesquels s’en sont émancipés ?

Si on met de côté Hubert Julien-Laferrière, passé en cours de mandat de La République en marche (LREM) à la galaxie écologiste (il est membre de Génération écologie et a été investi, dans la 2e circonscription du Rhône, par la « Nouvelle union populaire » de Jean-Luc Mélenchon), une élue se distingue : Blandine Brocard. Candidate à sa réélection dans le 5e circonscription, qui englobe Caluire-et-Cuire, le val de Saône et une partie des Monts d’Or, elle est arrivée en tête du premier tour, ce 12 juin, avec 36,11 % des voix. Elle affrontera, dimanche, le socialiste Fabrice Matteucci, investi par la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes).

Sur l’ensemble de ses 146 votes à l’Assemblée nationale, la députée Brocard s’est prononcé à 9 reprises contre son camp sur cinq sujets différents. Sont considérés comme des votes les « contre », les « pour » et les « abstention » collectés en amont . . .

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois