Les gagnants et les perdants du rachat de l’Olympique lyonnais

Très commenté et diversement apprécié, le passage sous pavillon américain de l'OL fera les affaires de Jean-Michel Aulas - nous avons calculé le chèque qu'il devrait toucher. Mais l'opération est-elle une bonne chose pour tout le monde ? Mediacités passe en revue l'ensemble des protagonistes du dossier. Sans oublier les petits porteurs.

Aulas Textor
Jean-Michel Aulas et John Textor, patron du fonds américain Eagle Football Holdings, le 21 juin 2022. Photo : Sipa.

«Jean-Michel Aulas s’est décidé à céder l’OL à un milliardaire américain. C’est la fin d’une époque », se désole François Sapy, dans un éditorial de Tribune de Lyon. Pour le directeur de la rédaction de l'hebdomadaire, cette vente, qui « n’est pas une bonne nouvelle pour Lyon », ferait de la capitale des Gaules un des perdants de l’accord signé la semaine dernière entre les actionnaires majoritaires d’OL Groupe, la maison mère de l’Olympique lyonnais, et John Textor, propriétaire du fonds Eagle Football Holdings avec le milliardaire canadien Jamie Salter.

Tout le monde n’est pas de cet avis. A commencer, bien sûr, par Jean-Michel Aulas. Le patron de l'OL vante un deal gagnant pour le club et le groupe, sans s’attarder sur son propre intérêt et en oubliant un peu vite le sort des petits actionnaires. En regardant dans le détail l’accord sur l'ouverture de « négociations exclusives » signé la semaine dernière, il est pourtant possible de déterminer assez précisément qui gagne et qui perd quoi avec ce

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 10 minutes

Par Yves Adaken