#OnRefaitLeMeeting : à Nantes, Valérie Oppelt rassemble ses troupes et joue profil bas

Deux heures de meeting mais seulement vingt minutes d’intervention de la candidate. Le baptême du feu de la tête de liste LREM à l'élection municipale nantaise n’a pas déchainé les passions. Mais « en même temps » elle a permis de rassembler lundi soir 200 supporters dans les salons du comité des Floralies à Nantes.

MeetingOppelt
Valérie Oppelt en meeting pour les élections municipales, le 9 décembre à Nantes. /. Photo : Antony Torzec

Deux ans et demi après son élection à l’Assemblée Nationale, la députée macroniste Valérie Oppelt a fait son entrée lundi sur le terrain municipal avec son équipe aux couleurs de « Nantes avec vous ». A trois mois de l’épreuve finale, la candidate En Marche a présenté quelques colistiers et dévoilé de nouvelles mesures. Comme nous l’avions fait pour le lancement de campagne de Johanna Rolland et comme nous le ferons pour les principales réunions publiques des autres candidates jusqu’au coup de sifflet final le 22 mars prochain, retour sur le premier meeting de campagne de Valérie Oppelt.
Le terrain
Fallait‐il y voir un clin d’œil à la couverture du tract de campagne, sur laquelle une petite fleur est accolée au nom de la candidate ? Toujours est‐il que pour ce premier meeting de campagne, l’équipe Oppelt avait choisi un terrain champêtre : les salles Camélia et Magnolia du comité des Floralies, face à l’Erdre, au cœur de Nantes. Pas la grande « aréna »métropolitaine, donc, mais plutôt le petit stade de village, d’une capacité maximale de 230 places assises, disposées de façon on ne peut plus classique, face au pupitre.

Au bord du terrain, derrière la main‐courante, « Nantes avec vous », l’équipe accueillante, affiche les couleurs : quatre ou cinq flammes et des dizaines de posters au nom et à l’effigie de la candidate, encore trop méconnue. Dans un coin, le sapin de Noël et ses guirlandes électriques, fournis en déco avec la salle, n’ont pas été allumé.
L’ambiance en tribunes
Une purge… Voilà comment n’importe quel commentateur footballistique avisé – et pas trop langue de bois – aurait résumé la rencontre. Et les 200 supporters ne s’y sont pas trompés. Tout au long des débats, à part quelques applaudissements et la traditionnelle standing ovation d’entrée et de sortie, l’ambiance n’était pas à la hauteur d’un début de campagne, censé donner le ton et lancer la machine. Alors bien sûr …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Favorite

Par Antony Torzec