De Trentemoult à Zola : paroles de « gentrifieurs » nantais

Ils ont acheté une maison dans un quartier de l'agglomération nantaise et ont vu le prix de leur bien s'envoler à mesure que changeaient la sociologie et la physionomie du voisinage. Témoignages.

Trentemoult – jujubier44
Les maisons colorés de Trentemoult, près de Nantes. / Photo : Creative Commons - Jujubier44

Parmi la multitude de questions et témoignages qui nous sont parvenus suite à notre appel à contributions sur le thème de la gentrification, plusieurs s’attachent à la question de la pression immobilière et à ses liens avec le processus d’embourgeoisement des villes. Pierre note, par exemple, que « les prix élevés de l’immobilier conduis(ent) de fait à sélectionner une population à l’aise financièrement ». Blandine, de son côté, s’interroge sur « l’importance de la spéculation immobilière dans l’accroissement des inégalités », tandis que Denis observe qu’une « part notable des biens immobiliers échappe désormais aux circuits traditionnels (agences, petites annonces, etc.) » et se demande dans quelle mesure ce processus nourrit « une forme de cooptation qui accélère la gentrification ». Éléments de réponse à Nantes, dans deux quartiers touchés à des degrés divers par la gentrification.

Première étape à Trentemoult, à une traversée de Loire du centre‐ville nantais. Trentemoult, son cachet d’ancien village de pêcheurs, ses ruelles piétonnes, ses maisons colorées, sa convivialité et… ses prix qui s’envolent ! « Aujourd’hui, je n’aurais pas les moyens d’acheter ma propre maison », confie Joël, technicien de laboratoire et propriétaire depuis 1998 dans ce quartier très prisé de Rezé. A l’époque, il avait déboursé 600 000 francs pour acquérir une maison de 80 mètres carrés sans jardin (soit 91 640 euros), repeinte en jaune puis en rouge. « Elle a sans doute triplé de valeur », calcule celui qui a assisté, ces vingt dernières années, à une profonde évolution de la sociologie du quartier. « Quand on est arrivé, la plupart des maisons étaient délabrées. Certaines avaient même encore un sol en terre battue, raconte …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Favorite

Par Florence Pagneux