La cohorte de voitures noires officielles se gare dans une zone artisanale en périphérie de Nantes, bouclée par les gendarmes. Ce vendredi 3 septembre, le ministre des Comptes publics Olivier Dussopt fait le service après-vente du Plan de Relance gouvernemental dans une usine en construction d’une start-up de Sainte-Luce-sur-Loire. Sortant également d’une berline, tout sourire, Sarah El-Haïry, la secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement depuis l’été 2020. Un conseiller de son cabinet s’approche et se justifie spontanément : « Vous vous demandez pourquoi elle est là ? Ça n’est pas son périmètre d’action, mais le sujet lui tient vraiment à cœur. Elle soutient cette entreprise de sa circonscription depuis le début. »

Une manie pour l’ex-députée Modem de la 5e circonscription Loire-Atlantique, qui a annoncé jeudi 14 octobre au soir sur TéléNantes être candidate à sa réélection lors des législatives 2022, en militant aussi pour celle d’Emmanuel Macron . Sa journée avait été auparavant consacrée à une longue visite gouvernementale sur la ruralité dans le nord du département – sans grand lien avec son secrétariat d’État, là aussi – à Puceul, Derval puis Nort-sur-Erdre.           

Le lendemain, vendredi 15 octobre, nouvelle sortie officielle dans un lycée de l’Académie de Nantes, en hommage à Samuel Paty. Puis rebelote le dimanche 17 octobre, à Châteaubriant pour l’hommage officiel aux 27 fusillés de 1941. L’après-midi, retour à Nantes, où elle inaugure le salon de la gastronomie Sebrotel au parc des expositions de La Beaujoire. « Elle ratisse son terrain électoral pour les préparer les prochaines législatives », reconnaît sans ambages l’un de ses proches.

« Zone grise »

Selon notre inventaire, la désormais porte-parole du Modem a effectué 14 visites officielles en Loire-Atlantique depuis juin 2021 sur un total de 37 déplacements officiels . Soit plus d’un sur trois. Dans la moitié des cas, la thématique de ces visites de terrain ne rentre pas dans le champ de son secrétariat d’État à la Jeunesse et à l’Engagement (voir la liste et le détail de ces visites dans l’encadré « En coulisses). « Vous trouvez que ça fait beaucoup ? Pour cinq déplacements en France, elle en effectue un en Loire-Atlantique », estime pour sa part l’un de ses conseillers.           

Cette présence sur le terrain nantais lui vaut quoi qu'il en soit le surnom de « VRP de la Loire-Atlantique ». Une étiquette qu’elle dit « assumer » auprès de nos confrères de Presse-Océan. « Je fais tout ce que je peux pour que notre territoire, mon département, ma région, tire son épingle du jeu », justifie la centriste dans le quotidien, en se disant encore ébahie de la « venue [en février, NDLR] du président Macron dans ma circonscription, ma ville, ma fac… »

Même si sa campagne de réélection a - semble-t-il - bien commencée, la comptabilisation de ses dépenses de campagne ne débutera, elle, que le 12 décembre prochain, à six mois du scrutin, comme le prévoit l’article L52-4 du Code électoral. Après cette date, ses déplacements de secrétaire d’État à Nantes et autour devront-ils être déclarés comme tels à la Commission nationale des comptes de campagne ? Si ce n’était pas le cas, pourraient-ils y être réintégrés ultérieurement par la CNCCFP ?           

« Tant qu’elle se déplace en tant que secrétaire d’État, qu’elle reste sur le champ de son secrétaire d’État et qu’elle ne parle pas des élections ou de ses adversaires, ça ne rentre pas dans ses comptes de campagne pour les législatives », répond Romain Rambaud, professeur de droit public à l’Université Grenoble-Alpes. « En revanche, à partir du 12 décembre, si un déplacement va au-delà de son secrétariat d’État, on entre dans une zone grise », prévient ce spécialiste de droit électoral.

Contactée à plusieurs reprises via son cabinet, Sarah El-Haïry n'a pas répondu à nos sollicitations.

Voici la liste complète des déplacements de Sarah El Haïry depuis le 27 juin dernier.

  • 27 juin 2021 : rencontre avec le Souvenir français de Saint-Nazaire.
  • 28 juin : Tour de France du SNU à Saint-Aignan-Grandlieu.
  • 14 juillet: cérémonie de la Fête nationale à Nantes.
  • 31 juillet : Big Tour de la BPI France à La Baule.
  • 28 août : visite du Premier ministre Jean Castex à Saint-Nazaire.
  • 2 septembre : rentrée scolaire à Bouguenais.
  • 3 septembre : visite de la start-up Living Packets à Saint-Luce-Sur-Loire.
  • 6 septembre : visite à l’Apec et à l’Icam à Nantes.
  • 10 septembre : conférence sur l’avenir de l’Europe à Nantes.
  • 17 septembre : assemblée générale de l’AMF de Loire-Atlantique à Ligné.
  • 14 octobre : visite sur la ruralité à Puceul, Derval puis Nort-sur-Erdre.
  • 15 octobre : hommage à Samuel Paty dans un lycée de l'Académie de Nantes.
  • 17 octobre : cérémonie du 80e anniversaire des 27 fusillés à Châteaubriant.
  • 17 octobre : salon de la gastronomie Serbotel à Nantes.

Thibault Dumas
Franco-américain, je suis journaliste professionnel à Nantes depuis plus de dix ans, en radio puis en presse écrite, comme pigiste désormais. Je collabore avec Mediacités, édition nantaise, depuis la préparation de son lancement, en 2017. Je n'ai pas de spécialité en tant que telle mais j'enquête plutôt (seul ou en équipe) sur les montages fiscaux (Waldemar Kita, FC Nantes, Manitou, etc), la politique sous toutes ses formes, le social (Le Confluent, Centrale Nantes, Beaux-Arts de Nantes, etc) et un peu d'écologie (déchets, éoliennes de Nozay, etc). Pour me contacter : thibault.dumas@mediacites.fr.