L’achat de l’Arbre aux hérons, grand absent du conseil de Nantes Métropole

Ce devait être LE dossier majeur de la dernière réunion des élus métropolitains en 2021. La délibération portant sur l’acquisition du projet controversé de la Compagnie La Machine ne figure pourtant pas à l'ordre du jour des débats. Mediacités vous explique pourquoi il a été reporté, pour le moment, à février prochain.

Arbre aux herons
L’Arbre aux hérons, tel que dessiné par ses concepteurs en 2021. / Image : Compagnie La Machine

À la lecture des 55 délibérations à l’ordre du jour du conseil métropolitain de ce jeudi 9 décembre, il faut se rendre à l’évidence : il manque bien LE dossier majeur ! En juillet dernier, Johanna Rolland l’avait pourtant annoncé : le projet d’Arbre aux hérons serait présenté aux 98 conseillers métropolitains avant la fin de l’année 2021, pour permettre à la collectivité de devenir propriétaire de « l’œuvre d’art ». Ce ne sera finalement pas le cas.

Le peaufinage juridique du dossier s’avère plus compliqué que semblait le croire la présidente (PS) de la Métropole à l'époque. « Nous attendons une consolidation du marché de la part de Bercy et du ministère de la Culture, répond Fabrice Roussel, le premier vice-président (PS) de Nantes Métropole, à Mediacités. L’acquisition d’une œuvre d’art sans passer par un appel d’offre entre dans un cadre juridique précis. Après avoir eu des retours favorables, nous attendons à présent un écrit de la part des deux ministères ainsi qu’un autre de la préfecture. »

Anticipant la pluie de critiques et de recours qui pourraient s’abattre sur cet achat déjà très polémique, Nantes Métropole veut se couvrir d’un parapluie juridique solide et de garanties de l’Etat. Ceinture et bretelles, donc, puisque les services de la . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 5 minutes

Par Antony Torzec