Plus de cadres et plus de riches : oui, nos villes s’embourgeoisent

Pas facile de mesurer la gentrification... Nous aurions pu nous intéresser à la flambée des prix de l'immobilier, à la rénovation des bâtiments anciens, aux ouvertures d'épiceries en vrac, voire à tout ça à la fois... Nous nous sommes finalement penchés sur l'évolution des structures de la population. Et de Lille à Toulouse en passant par Nantes et Lyon, les chiffres disent bien l'ampleur du phénomène.

gentrification
Tag anti-gentrification à Turin. / Photo : Creative Commons - Prof.lumacorno

Comment mesurer la gentrification ? Dans les nombreux messages que vous nous avez envoyés suite à notre appel à contributions, la question revient régulièrement. Souvent en formulant des demandes précises. « Quel est le profil des “gentrifieurs” ? Quel pourcentage de familles monoparentales ? Combien de mètres carrés sont concernés actuellement ? », nous questionne par exemple Guillaume. Parfois en faisant référence à tel ou tel quartier de l’une de nos quatre villes, à l’image d’Olivia qui « ne voi(t) pas vraiment de gentrification autour de chez (elle) », mais se demande si elle ne toucherait pas le quartier voisin de Bois blanc, près de Lille. De temps en temps en doutant purement et simplement de la possibilité d’une mesure, comme Laura à Nantes pour qui la loi SRU (qui oblige les villes à disposer d’au moins 25% de logements sociaux à l’horizon 2025) « complique la prise en compte réelle » du phénomène « dans les statistiques » et finalement « le relativise ». Bref, une diversité de remarques et de réflexions qui s’ajoutent à la complexité et à l’ambigüité du concept.

Car devant l’embourgeoisement de nos quartiers et de nos métropoles, nous sommes comme confrontés à une vague de chaleur mais privés de thermomètre : capables de ressentir le phénomène et d’en percevoir les variations, mais bien en mal d’en donner une mesure exacte. « La gentrification remodèle nos villes, pourtant il est très difficile de déterminer où et à quelle vitesse ce processus a lieu dans les centres urbains », notaient en mars dernier les membres d’une équipe franco‐canadienne de chercheurs à l …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Favorite

Par Benjamin Peyrel