Manger local : une fausse bonne idée pour l’environnement ?

Parmi les nouvelles habitudes de consommation poussées par l’épidémie de Covid-19, l’achat de produits locaux arrive en bonne place. Mais les aliments produits près de chez soi sont-ils vraiment vertueux pour la planète ? Mediacités démonte quelques idées reçues.

Une image d'illustration présentant une cagette de piments au premier plan. Derrière, on aperçoit une camionnette, un ensemble de serres à légumes, un bidon de pesticides et une vache.
Mediacités a fait le point sur les vraies vertus et les fausses promesses de l’alimentation locale en matière d’environnement. / Montage : Pierre Leibovici

Cela sonne comme une évidence : un produit qui a parcouru peu de kilomètres du champ à l'assiette est forcément plus écologique. Lorsque nous vous avons interrogés, au printemps dernier, sur vos habitudes alimentaires, beaucoup d'entre vous nous ont fait part de leur intérêt récent pour les produits locaux… et bio ou achetés en vrac. Comme si tous ces termes participaient d’une même démarche de réduction de notre impact sur l’environnement.

Mais est-ce vraiment le cas, lorsqu'on voit par exemple combien le local devient un argument marketing pour la grande distribution ? Acheter des aliments produits près de chez soi, de surcroît en ville, est-ce forcément vertueux d'un point de vue écologique ? Mediacités a fait le point sur les vraies vertus et les fausses promesses de l’alimentation locale en matière d’environnement.
1. « Local », une notion à géométrie variable
Il convient déjà de se mettre d'accord sur une définition. « Si vous êtes un agriculteur, un consommateur ou une collectivité, vous n'allez pas mettre la même chose derrière la notion de “local” », décrit Julien Noel, chercheur en géographie et développement territorial à l'université de Liège, qui a notamment travaillé sur les circuits alimentaires de proximité en Loire-Atlantique.

Dans sa charte pour la mise en avant de produits locaux signée en 2020 avec la grande distribution . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Mathilde Doiezie