Au Capitole, des marcheurs prêts à défier Jean-Luc Moudenc

Inquiet de ne pas figurer sur la prochaine liste de Jean-Luc Moudenc pour les municipales 2020, l'adjoint au maire Franck Biasotto brandit la menace d'une liste LREM autonome avec des élus Modem. 

Franck Biasotto 1024
Franck Biasotto, adjoint au maire de Toulouse. / © DR

Que pèsent trois élus macronistes dans la majorité municipale de Jean-Luc Moudenc ? C'est la question qui tourmente aujourd'hui Franck Biasotto. Chargé du logement, le 15e adjoint au maire et président de l'office public HLM Toulouse Métropole Habitat s'inquiète de ne pas figurer sur la prochaine liste de Jean-Luc Moudenc alors que ses relations se sont considérablement refroidies avec le premier édile.

Elu sans étiquette sur la liste majoritaire en 2014, l'ancien gérant de l'agence immobilière Cabinet FB a ensuite rejoint le mouvement d'Emmanuel Macron. « Il l'a fait avec mon accord, rappelle le maire. C'est un élu qui travaille beaucoup. Je ne regrette pas de lui avoir attribué la responsabilité du logement. » S'il sait louer les compétences de son adjoint, Jean-Luc Moudenc n'en oublie pas pour autant ce qu'il considère comme un manquement à la parole donnée : la création en juin dernier d'un groupe politique autonome - baptisé Alliance Majorité Présidentielle - par Franck Biasotto, Elisabeth Toutut-Picard et Sylvie Rouillon-Valdiguier.

« L’enjeu de la création de ce groupe n’était pas d’aller à l’encontre des engagements de campagne, mais de pouvoir faire entendre la voix de La République en Marche (LREM) au conseil municipal, dès lors que Jean-Luc Moudenc avait annoncé soutenir la liste Les Républicains (LR) aux élections européennes, se défend le 15ème adjoint au maire. Ce sont les instances de LREM qui nous ont demandé de créer notre groupe dans l’objectif de fusionner avec Alliance Démocrate [des élus Modem, ndlr]. Nous avons préféré exister par nous-même dans un premier temps, pour ensuite - pourquoi pas - nous unir . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Gael Cérez et Frédéric Dessort