Avec 313 cas confirmés, dont 48 en Haute‐Garonne, l’Occitanie est encore peu touchée par l’épidémie de Covid‐19. À ce jour, selon l’Agence régionale de Santé (ARS), 80 personnes sont hospitalisées dont 32 en réanimation et 5 personnes ont perdu la vie du fait de l’épidémie. La partie est de la région est d’ailleurs plus touchée que la partie ouest.

Les jours à venir devraient néanmoins alourdir le bilan actuel. « L’Occitanie est un peu en retard dans la progression de l’épidémie par rapport à l’Ile-de-France et les Hauts‐de‐France, explique Pierre Ricordeau, le directeur général de l’Agence régionale de Santé. La progression sera lente. Puis, le nombre de personnes en cas critique va être multiplié par deux toutes les 72 heures. La vague va monter et elle montera très très vite. Il faut se préparer à son arrivée. » Difficile à ce stade de dater l’arrivée de cette déferlante, l’ARS se refusant à toute prédiction à ce sujet.

Les services de santé disposent de 500 lits de soins intensifs dans la région, dont une partie est utilisée pour d’autres pathologies que celles liées à l’épidémie. L’enjeu est donc de libérer le plus de places et d’augmenter les capacités. « Nous déprogrammons la totalité de ce qui n’est pas vital pour concentrer les ressources humaines et matérielles, poursuit Pierre Ricordeau. Quand les symptomes de Covid sont bénins, les patients doivent se tourner vers les médecins généralistes et la médecine de ville. »

Entre 775 et 5 594 personnes pourraient être infectées

Selon une étude de chercheurs en épidémiologie et biostatistique de l’Ecole des hautes études en santé publique, datée du 16 mars, « toutes les capacités des unités de réanimation dans chaque région pourraient bientôt être dépassées ». « L’épidémie de COVID‐19 suscite des inquiétudes quant à la capacité des services de santé, en particulier des unités de soins intensifs », écrivent les chercheurs Clément Massonnaud, Jonathan Roux et Pascal Crépey qui estiment que « le nombre total de cas infectés devrait se situer entre 22 900 et 162 000 » dans tout le pays.

D’après leurs projections, les capacités en lits de soins intensifs pourraient être dépassées le 28 mars dans les Hauts‐de‐France, le 30 mars dans la région Auvergne Rhône Alpes, le 9 avril en Occitanie et le 12 avril dans le Centre‐Val de Loire – dans le pire des cas. En Occitanie, entre 775 et 5 594 personnes pourraient être infectées, dont entre 156 et 1 362 gravement. Entre 35 et 383 personnes pourraient décéder.

En conclusion de leur étude, les chercheurs estiment que, quoi qu’il arrive, le système de soin national sera bientôt débordé. « Bien que les mesures de distanciation sociale puissent modérer nos résultats, une augmentation massive des capacités des unités de soins intensifs semble nécessaire pour gérer la vague de patients à venir », affirment‐ils.

Interrogée sur ces données par Mediacités, l’ARS en relativise les conclusions. « Plusieurs estimations ont été faites. Elles ont été régionalisées de façon approximative, estime le directeur général de l’ARS Occitanie. Personne ne sait quel sera le scénario de progression du Covid‐19. Il faut aller vers les scenarii les plus faibles et faire en sorte d’étaler l’arrivée des personnes malades dans les hôpitaux afin de permettre au système de santé de les accueillir. »

Tout dépendra donc des mesures de confinement, dont les premiers effets devraient se faire sentir dans les 15 jours, selon l’ARS.

Si vous souhaitez nous adresser des documents en passant par une plateforme sécurisée et anonymisée, rendez‐vous sur pals.mediacites.fr

Point final.
Coronavirus
Cet article fait partie de notre rubrique dédiée
Nos villes à l’heure du coronavirus
Avatar de Gael Cerez
Nourrit sa curiosité en tant que journaliste depuis l'an deux mille quatorze. S'intéresse aux innombrables facettes de notre société. Petite prédominance pour l'économie, l'histoire, la géopolitique, les sciences... entre autres choses.

Réagir à l'article

Merci d'entrer votre commentaire !
Merci d'entrer votre nom ici