Ils ont entre 18 et 115 ans et ce dimanche, ils ont confié leur bulletin à une personne de confiance pour voter malgré un empêchement. D’après le registre des procurations que nous avons pu consulter vendredi 26 juin dans l’après-midi, ils étaient plus de 6 300 (voir En coulisses) à avoir effectué une démarche administrative pour participer, via un tiers, au scrutin. Le 15 mars dernier, seules 3 400 procurations avaient été enregistrées. Ce presque doublement est-il la préfiguration d'une forte mobilisation pour ce deuxième tour alors que les deux candidats sont au coude-à-coude ? Le dernier sondage Ifop-Fiducial, réalisé pour La Dépêche du Midi le 25 juin, donnait 49,5 % d'intentions de vote pour le maire sortant Jean-Luc Moudenc, contre 50,5 % pour Antoine Maurice.  

Le 15 mars dernier, seuls 36,6 % des électeurs toulousains se sont rendus aux urnes. Seront-ils plus nombreux au deuxième tour, alors que l’épidémie du coronavirus est désormais maîtrisée ? Tout porte à le croire car historiquement, les électeurs se mobilisent plus dans la dernière ligne droite. En 2014, 57,6 % d’entre s’étaient déplacés au deuxième tour pour le duel entre Pierre Cohen et Jean-Luc Moudenc, contre seulement 52,2 % au premier tour. Mais prudence, car le paramètre de la peur et son impact sur le déplacement des électeurs pour ce deuxième . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !