5G vs zéro G, décryptage du discours du patron de Sigfox

Un danger pour l’environnement, la démocratie, et la santé… Les opposants à la 5G avancent de nombreux arguments contre cette nouvelle génération de réseau mobile. Parmi eux, le PDG de l'entreprise labègeoise Sigfox, Ludovic Le Moan, se fait le chantre de la « zéro G ». Sous des préoccupations écologiques, défendrait-il avant tout sa technologie bas débit pour les objets connectés ? Pas si simple.

Ludovic Le Moan
Ludovic Le Moan / © Rémi Benoit

Sa sortie le 12 mars dernier, peu de temps avant le confinement, est passée inaperçue. Pourtant, en publiant son livre Zéro G, Le réseau mondial de connexion des objets va changer le monde, Ludovic Le Moan a lancé un premier pavé dans la mare de la 5G. Sans rapport avec le préhistorique réseau de téléphones portables Bi-Bop, la « zéro G » qu'il développe avec son entreprise Sigfox, située à Labège (Haute-Garonne), est un réseau très bas débit dédié aux objets connectés, à l’opposé d’une 5G, généreuse en débit et gourmande en énergie. « À écouter certains dans les médias, la 5G, c’est le haut débit, le bas débit, qui fait tout et même la lessive ! », s’agace l'entrepreneur à l’encontre des partisans à tout crin de cette nouvelle technologie de communication mobile.

Pour le patron de Sigfox, c'est sur les objets connectés que porte tout l'enjeu. Les connecter via un réseau très haut débit, alors que la plupart n’auraient pas besoin de volumes de données importants, n’aurait pas de sens à l’heure où on essaie d’aller vers une économie plus verte. Toutefois, Ludovic Le Moan reconnaît qu’il peut parfois y avoir besoin de plus de capacités dans certains lieux comme les stades, les aéroports, les gares… Outre sa frugalité, le réseau très bas débit proposé par Sigfox offrirait aussi davantage de résilience en cas d’événement grave. « Je me souviens de l’explosion d’AZF. Plus rien ne passait car le réseau était saturé, rappelle Ludovic Le Moan. La zéro G aurait . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Paul Périé