Ludovic Le Moan / © Rémi Benoit

Ludovic Le Moan remplacé à la tête de Sigfox

Il a été élu à l’unanimité par le conseil d’administration, le 17 février, pour remplacer Ludovic Le Moan. Ancien étudiant de Sciences Po Toulouse, Jérémy Prince faisait déjà partie du comité exécutif de Sigfox, qu'il a rejoint en 2018 en tant que directeur de la stratégie, puis comme président de Sigfox USA à partir de mars 2019.

« Je souhaite beaucoup de succès à Jérémy et suis convaincu qu’il mènera Sigfox à l’étape suivante de son évolution », a commenté laconiquement Ludovic Le Moan dans un communiqué. Le directeur général adjoint de la société, Franck Siegel, qui a été recruté en 2017 pour reprendre en main sa stratégie, est confirmé à son poste.

Comment expliquer le départ du PDG et cofondateur visionnaire ? La start-up était dans la tourmente depuis quelque temps, comme nous le révélions en décembre dernier. Obligée de recentrer sa stratégie et de se séparer d’une partie de ses effectifs l’été dernier via un Plan de sauvegarde de l’emploi, elle devait aussi composer avec la personnalité d’un patron imprévisible et « toxique », épaulé par une direction des ressources humaines au style tout autant contesté.

« Aucun lien avec les accusations de Mediacités »

Dans son communiqué, Sigfox ne précise pas le rôle que Ludovic Le Moan jouera dans la nouvelle organisation. L’entreprise a indiqué au magazine spécialisé Maddyness que le dirigeant « avait pris la décision de partir de lui-même, il y a déjà plusieurs mois » et que son départ « n’a aucun lien avec les accusations de Mediacités ».

Lorsque nous l’interrogions en octobre 2020 au sujet de son éventuel départ, Ludovic Le Moan avait pourtant balayé cette idée, la reléguant au rang de rumeur. Une rumeur qui a fait son chemin, puisqu'un actionnaire de l’entreprise nous a alertés à ce sujet, il y a une semaine. Mais nous n'avions pu recouper l'information jusqu'à ce jour. « Ludovic Le Moan va quitter la boîte dans les prochaines semaines. Je n’ai pas de détail, mais je le tiens de plusieurs sources proches du board. Il me semble que plusieurs facteurs se sont combinés pour en arriver là », expliquait cet ancien haut responsable de Sigfox, citant pêle-mêle les articles de Mediacités, les difficultés financières de l’entreprise, mais aussi les procédures judiciaires en cours à l'encontre de la société, et impliquant son ex-dirigeant. « C’est une bonne nouvelle pour Sigfox », concluait notre source.

« Les difficultés sont derrière eux, estime pour sa part un partenaire, également actionnaire de Sigfox. Ils se sont recentrés sur le cloud et ont restructuré le management avec Franck Siegel, qui a les pieds sur terre, et une équipe soudée. Nous sommes satisfaits de la direction empruntée et des décisions prises depuis six mois. Il est naturel, je pense, d’écarter Le Moan du management. La stratégie a changé radicalement. Donc, il n’est pas possible de ne pas opérer de changement dans la hiérarchie. »

Ce partenaire, qui qualifie de « crise salvatrice » la période que traverse le fleuron des objets connectés, salue également l’orientation internationale prise par Sigfox. « Avant, les responsables des antennes à l’étranger étaient presque tous français. Sigfox a toujours été positionné comme un fleuron français, pas comme une société techno. Franck Siegel a cette culture internationale », estime-t-il. Espérons surtout que Jérémy Prince, le nouveau PDG, saura effacer le profond malaise qui règne au sein des salariés de Sigfox.

Précédemment dans l'Oeil

Trois élus quittent le groupe écologiste à Toulouse Métropole

Le groupe Métropole écologiste et citoyenne pour des territoires solidaires (MecTS) va bientôt perdre trois élus. Ana Faure et Albert Sanchez, élus Générations à Cugnaux, ainsi que Julienne Mukabucyana, élue à Toulouse vont quitter le groupe d'opposition présidé par Isabelle Hardy (Générations) et Thomas Karmann (EELV). Rejoints par l'écologiste indépendant columérin Patrick Jimena, ils vont […]

Trois ans d’inéligibilité pour le maire de Mondouzil

L'ex-LREM Robert Médina ne pourra plus se présenter à une élection pendant trois ans car il n'a pas respecté le code électoral lors des dernières élections sénatoriales.