Ludovic Le Moan / © Rémi Benoit

Ludovic Le Moan remplacé à la tête de Sigfox

Il a été élu à l’unanimité par le conseil d’administration, le 17 février, pour remplacer Ludovic Le Moan. Ancien étudiant de Sciences Po Toulouse, Jérémy Prince faisait déjà partie du comité exécutif de Sigfox, qu'il a rejoint en 2018 en tant que directeur de la stratégie, puis comme président de Sigfox USA à partir de mars 2019.

« Je souhaite beaucoup de succès à Jérémy et suis convaincu qu’il mènera Sigfox à l’étape suivante de son évolution », a commenté laconiquement Ludovic Le Moan dans un communiqué. Le directeur général adjoint de la société, Franck Siegel, qui a été recruté en 2017 pour reprendre en main sa stratégie, est confirmé à son poste.

Comment expliquer le départ du PDG et cofondateur visionnaire ? La start-up était dans la tourmente depuis quelque temps, comme nous le révélions en décembre dernier. Obligée de recentrer sa stratégie et de se séparer d’une partie de ses effectifs l’été dernier via un Plan de sauvegarde de l’emploi, elle devait aussi composer avec la personnalité d’un patron imprévisible et « toxique », épaulé par une direction des ressources humaines au style tout autant contesté.
« Aucun lien avec les accusations de Mediacités »
Dans son communiqué, Sigfox ne précise pas le rôle que Ludovic Le Moan jouera dans la nouvelle organisation. L’entreprise a indiqué au magazine spécialisé

Lisez cet article et découvrez les bienfaits d’un média indépendant dans votre ville.

1€ le premier mois

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement

Précédemment dans l'Oeil

Antoine Maurice, pas assez connu pour Wikipédia

L'encyclopédie collaborative a décidé de supprimer la page du candidat écologiste en Occitanie, en raison de son manque de notoriété.

Plus d’un milliard d’euros de dividendes : malgré le Covid, Vinci ne connaît pas la crise

Avec ou sans coronavirus, l'exploitation des autoroutes et des aéroports tire toujours les bénéfices du géant français du BTP. Des activités pour lesquelles ses filiales bénéficient d’aides publiques, via le chômage partiel, sans s’interdire parfois de licencier, comme à l’aéroport Lyon Saint-Exupéry.