Législatives 2022 : les bons scores de la Nupes ne scellent pas la défaite de la majorité présidentielle en Haute-Garonne

La gauche est arrivée en tête dans huit circonscriptions sur dix, ce qui fait vaciller sur ses bases la majorité présidentielle pourtant bien établie en Haute-Garonne. Mais malgré la belle avance dont la Nupes bénéficie dans la 1, la 2, la 4 et la 9, entre la faible réserve de voix de certains candidats et les incertitudes au sujet des reports de voix, l'Union populaire n'est pas sûre de rafler de si nombreux sièges.

Affiches électorales Toulouse
Malgré les bons scores de la Nupes, la majorité présidentielle dispose de potentiels reports de voix importants. Le 2e tour sera serré en Haute-Garonne. / Crédit photo Gael Cérez

Malgré les bons scores réalisés dimanche 12 juin par la Nupes en Haute-Garonne, les jeux sont loin d'être faits et la majorité présidentielle peut encore conserver plusieurs sièges « L'objectif n’est pas qu'on ait une seule circonscription à gauche, comme c’est le cas aujourd’hui, mais qu’on fasse un strike, un carton plein, un grand Chelem », lançait, hier à 23h30, Frédéric Borras, le directeur de campagne de la Nupes en Haute-Garonne, aux militants rassemblés sur la terrasse du Winger, après avoir annoncé les résultats circonscription par circonscription sous les applaudissements.

À l'image des résultats nationaux, le deuxième tour s'annonce serré dans presque toutes les circonscriptions. Et « le grand Chelem» est loin d'être acquis pour la Nupes. Mediacités s'est penché sur quelques grandes tendances qui émergent de ce premier tour.

https://www.mediacites.fr/decryptage/toulouse/2022/06/13/legislatives-2022-ce-quil-faut-retenir-du-premier-tour-en-haute-garonne/
1. La majorité bien placée dans la 5e et la 6e
Si les incertitudes sont nombreuses concernant les noms des vainqueurs qui sortiront des urnes dimanche prochain, deux députés sortants de la majorité présidentielle semblent bien placés pour conserver leur siège : Jean-François Portarrieu (5e) et Monique Iborra (6e).

Avec moins d'un point d'avance (voir les résultats dans la 6e circonscription) sur son adversaire Fabien Jouvé, secrétaire de la section socialiste de Colomiers, Monique Iborra, qui brigue un quatrième mandat au Palais Bourbon, peut peut-être espérer le report des voix LR (4,36 %) et divers droite (1670 voix en tout). Mais l'ancienne socialiste qui a rallié la majorité présidentielle en 2017 ne se perd pas en conjectures : « Je ne crois pas aux alliances d'appareil et aux consignes de vote. Je préfère m'adresser directement aux citoyens sur les réseaux sociaux et sur les marchés ». Quid du vote d'extrême droite ? « Je suis certaine qu'ils ne voteront pas pour moi », martèle-t-elle. « Moyennement confiante » quant à sa victoire dimanche prochain, elle a déjà lancé son plan de bataille : « Avec mon équipe, on . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Armelle Parion et Gael Cérez