10 000 patients bientôt privés de maison médicale de garde dans le centre de Toulouse

Ouverte les soirs et fins de semaine depuis vingt ans, la structure de soins de la Grave doit fermer ses portes, fin mai, car l'ARS lui a supprimé sa subvention. Incomprise en interne, cette décision est justifiée par une réorganisation à l'échelle départementale, selon le conseil de l'ordre des médecins de Haute-Garonne.

2023-mai-Maison-médicale-de-garde-la-Grave
La Maison médicale de garde de la Grave fermera fin mai 2023. / Crédit photo Armelle Parion

Proposer des consultations de médecine générale le soir jusqu’à minuit, en fin de semaine et les jours fériés… C’est la raison d’être des maisons médicales de garde. Une mission plutôt salutaire, à une époque où l’accès aux soins est devenu difficile, notamment à Toulouse.

Implantée dans les locaux du CHU, à la Grave, quartier Saint‐Cyprien, la première maison médicale de garde de Toulouse a été créée sous le statut associatif en 2003. En vingt ans, elle a accueilli plus de 80 000 patients. La trentaine de médecins généralistes qui se répartissent les gardes ont réalisé 10 728 consultations en 2022, dont un tiers pour des patients de moins de six ans. C’est 54 % de plus que l’année précédente.

Pourtant, malgré son succès, la Maison médicale de garde (MMG) de la Grave va fermer ses portes, à la fin mai.
Plus de la moitié du budget supprimée
L’Agence régionale de la santé (ARS), qui organise la permanence des soins avec le Conseil de l’ordre des médecins, lui a en effet supprimé sa subvention de fonctionnement de 85 000 euros, fin mars. La somme correspondait aux deux tiers du budget de l’association, le reste provenant des honoraires des médecins contributeurs. 

Cette décision est d’autant plus inattendue que l’ARS a doublé son financement dédié aux MMG en Occitanie cette année, passant de deux à quatre millions d’euros, selon Jean‐François Reinard …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Favorite

Par Armelle Parion