Eiffage : le groupe de BTP ne fait plus de cadeaux

Rien ne va plus entre le groupe de BTP et son ancien cadre, David Roquet, impliqué dans l’affaire dite du « Carlton de Lille ». Deux ans après la condamnation de ce dernier, Eiffage demande l’exécution du jugement. David Roquet réplique en déposant plainte au motif d’escroquerie au jugement. Et déballe…

Roquet
Dans l'affaire dite du "Carlton de Lille", David Roquet a été condamné en juin 2015 à six mois de prison avec sursis et au remboursement de plus de 43 000 euros à son ancien employeur, Matériaux Enrobés du Nord. Un jugement dont cette filiale d'Eiffage vient seulement de réclamer l'exécution. ©YOAN VALAT/EPA/MAXPPP

Ce 12 juin 2015, David Roquet est condamné à payer de lourds dommages et intérêts à son ancien employeur, SNC MEN (Matériaux Enrobés du Nord), une des filiales du groupe Eiffage, dans l’affaire dite du Carlton de Lille. La condamnation porte sur plusieurs factures enregistrées en comptabilité par David Roquet sans l’accord de Jean‐Luc Vergin, son supérieur hiérarchique, selon la position d’Eiffage confirmée par la justice. Une version inlassablement contredite par David Roquet depuis ses propos tenus dans nos colonnes. Et voilà que le géant du BTP, qui ne s’était jamais manifesté pour réclamer son dû, a mandaté début mai 2017 un avocat parisien pour faire exécuter le jugement, comme Mediacités est en mesure de vous le révéler. Soit près de deux ans après la condamnation de David Roquet !

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Favorite

Par Benoit Dequevauviller