Ce 12 juin 2015, David Roquet est condamné à payer de lourds dommages et intérêts à son ancien employeur, SNC MEN (Matériaux Enrobés du Nord), une des filiales du groupe Eiffage, dans l’affaire dite du Carlton de Lille. La condamnation porte sur plusieurs factures enregistrées en comptabilité par David Roquet sans l’accord de Jean-Luc Vergin, son supérieur hiérarchique, selon la position d’Eiffage confirmée par la justice. Une version inlassablement contredite par David Roquet depuis ses propos tenus dans nos colonnes. Et voilà que le géant du BTP, qui ne s’était jamais manifesté pour réclamer son dû, a mandaté début mai 2017 un avocat parisien pour faire exécuter le jugement, comme Mediacités est en mesure de vous le révéler. Soit près de deux ans après la condamnation de David Roquet !

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois