Rarement rencontre au sommet n’a été autant guettée. Le 3 septembre à 8h30, le patron du groupe socialiste au Sénat et ancien ministre de la Jeunesse et des Sports et de la Ville Patrick Kanner se rend à l’hôtel de ville de Lille. Il a rendez-vous avec Martine Aubry, la maire de Lille qui prépare activement sa candidature à un 4eme mandat municipal. Près de deux heures plus tard, les deux cadors socialistes se quittent. De leurs échanges, rien ne filtre. Juste quelques banalités d’usage. « Nous sommes entrés dans une phase de neutralité relationnelle constructive », indique ainsi Patrick Kanner. Il y a urgence à afficher une entente – fusse-t-elle de façade. Car il y a danger : celui de perdre le Beffroi de Lille, place-forte socialiste depuis près d’un siècle (à l’exception de la période 1947-1955).

Longtemps, Patrick Kanner a fait le pari que Martine Aubry ne se représenterait pas. Trop fatiguée, usée même, et « bunkerisée » à l’hôtel de ville depuis la perte de la Métropole européenne de Lille (MEL) en 2014. Durant l’été encore, il distille des petites phrases sur le thème « Lille m'intéresse ». Son projet ? Se déclarer officiellement en septembre. Mais peu à peu, l’ancien ministre révise son analyse. Les vexations qu’il ne cesse de subir lui font comprendre que Martine Aubry va repartir au combat. La dernière en date ? Lors de la Braderie de Lille, le stand de son association de soutien « Ce sera Lille » est relégué initialement rue d’Hazebrouck, à l’écart de tous les stands politiques situés Place . . .

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Ça tombe bien, nous vous offrons un accès libre pendant 24h
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !