A 25 jours du premier tour, le débat entre les cinq principaux candidats à la mairie de Lille s’est déroulé à Science-po Lille. Une rencontre très attendue qui, à défaut de faire bouger les lignes, a permis d’en apprendre un peu plus sur la capacité des candidats à gouverner la ville. Interpellés sur trois thèmes – le logement, la sécurité et l’environnement –, les cinq têtes de liste avaient deux minutes pour répondre aux questions des journalistes. Un format propice à une rencontre rythmée, au détriment d'autres thématiques relevant de la compétence municipale telles que l’école primaire, la vie associative ou encore la culture.
L’ambiance en tribune

Sage. Un amphi de 150 places, rempli d’étudiants, de colistiers et de journalistes (dont pas moins de huit représentants de La Voix du Nord !). Comme l’avait demandé le speaker de Weo, la chaîne qui retransmettait l’évènement, pas d’applaudissements, pas de huées… Tout juste quelques rires provoqués par les grigris de Marc-Philippe Daubresse.
L'arbitrage
L'arbitre était Jean-Michel Lobry, de Wéo. Il était assisté à la touche de quatre poseurs de questions : deux étudiants de Science Po et deux journalistes, de la Voix du Nord et de Public Sénat.
Les joueurs et joueuses

Marc-Philippe Daubresse, l’attaquant roublard

Le Ronaldo de la rencontre. Très en forme, le candidat LR a participé grandement à l’animation offensive durant tout le match. Dès la première minute, il attaque sur les sondages récents, peu flatteurs pour son équipe et annonce qu’il va commander sa propre enquête d’opinion. Il termine dans les arrêts de jeu en brandissant des porte-clés « pour . . .

Envie de lire la suite ?

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

C'est parti !