Après les municipales, Damien Castelain en pole position pour la métropole

Le président de la Métropole européenne de Lille (MEL) est bien parti pour demeurer à son poste malgré ses soucis judiciaires et un bilan décrié. Son principal atout ? L’arithmétique très particulière de la collectivité qui favorise nettement les petites villes.

Castelain Damien 2014
Damien Castelain lors de son élection à la présidence de la communauté urbaine de Lille le 16 avril 2014. Photo : Sébastien Courdji /SIPA

«La politique, c’est de l’arithmétique et pour l’instant, elle nous est favorable. » Cette conviction, Damien Castelain la mettait en avant lors d’un entretien accordé au mensuel économique ECO121 en juillet 2019. Un an plus tard, elle demeure plus que jamais d’actualité. Ces dernières semaines, le président Métropole européenne de Lille (MEL) a manié la calculette avec virtuosité. Pour garder la tête de l’institution, il lui faut réunir 95 des 188 conseillers qui compose l’assemblée. Le 15 mars au soir, son groupe – Métropole passions communes (MPC) – revendiquait déjà 54 membres, pour l’essentiel des maires de petites villes élus dès le 1er tour. Au lendemain du 2nd tour, il pourrait en comprendre près de 65. Soit, de loin, le plus gros groupe politique de la MEL. Pas assez pour atteindre la majorité. Largement suffisant pour être incontournable.                 

 

https://twitter.com/DamienCastelain/status/1266700777202081793

Réélu sans surprise dans son village de Péronne-en-Mélantois le 15 mars avec 320 voix sur la seule liste en compétition, Damien Castelain s’active en coulisses avec ses plus fervents soutiens (Michel Colin, maire de Lannoy ; Alain Bézirard, maire d'Erquinghem-Lys
Erratum
Actualisation du 30 juin, 15 heures : Alain Bézirard est le maire d'Erquinghem-Lys et non de Bois-Grenier, comme indiqué initialement, dont l'édile est Michel Delespaul.

[/annexe . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Jacques Trentesaux