«La politique, c’est de l’arithmétique et pour l’instant, elle nous est favorable. » Cette conviction, Damien Castelain la mettait en avant lors d’un entretien accordé au mensuel économique ECO121 en juillet 2019. Un an plus tard, elle demeure plus que jamais d’actualité. Ces dernières semaines, le président Métropole européenne de Lille (MEL) a manié la calculette avec virtuosité. Pour garder la tête de l’institution, il lui faut réunir 95 des 188 conseillers qui compose l’assemblée. Le 15 mars au soir, son groupe – Métropole passions communes (MPC) – revendiquait déjà 54 membres, pour l’essentiel des maires de petites villes élus dès le 1er tour. Au lendemain du 2nd tour, il pourrait en comprendre près de 65. Soit, de loin, le plus gros groupe politique de la MEL. Pas assez pour atteindre la majorité. Largement suffisant pour être incontournable.                 

 

https://twitter.com/DamienCastelain/status/1266700777202081793

Réélu sans surprise dans son village de Péronne-en-Mélantois le 15 mars avec 320 voix sur la seule liste en compétition, Damien Castelain s’active en coulisses avec ses plus fervents soutiens (Michel Colin, maire de Lannoy ; Alain Bézirard, maire d'Erquinghem-Lys
Erratum
Actualisation du 30 juin, 15 heures : Alain Bézirard est le maire d'Erquinghem-Lys et non de Bois-Grenier, comme indiqué initialement, dont l'édile est Michel Delespaul.

[/annexe . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois