Présidence de la MEL : Aubry choisit Castelain… malgré tout

Selon nos informations, le groupe socialiste de la métropole va décider d'apporter ses voix au président Damien Castelain, ce qui assure à ce dernier une réélection dans un fauteuil. Mediacités décrypte ce choix surprenant qui doit beaucoup à la « petite politique ».  

Aubry Election
Martine Aubry lors de son élection comme maire de Lille le 3 juillet 2020. Photo : Mediacités

Les tractations de couloir se sont multipliées ces derniers jours en prévision du conseil métropolitain d’installation, prévu ce 9 juillet à 10 heures. Mais depuis la fin de la semaine dernière, les jeux sont faits. Fort d’environ 35 élus, le groupe SRCP (socialiste) de la métropole devait officialiser ce lundi son soutien à Damien Castelain, le président en exercice, ce qui lui procurera automatiquement une majorité absolue. « Lamentable… », souffle un observateur de la vie politique locale. Car, de l’avis quasi général, la Métropole européenne de Lille (MEL) a pâti d’un mandat chaotique - notamment en raison des ennuis judiciaires de son président - et perdu de sa superbe. Sans oublier des dossiers polémiques parmi lesquels le déménagement du siège dans l'immeuble du Biotope, une décision étrillée par la Chambre régionale des comptes. Il était donc urgent de changer de braquet. Et pourtant, rien ne semble devoir changer...                   . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 7 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Jacques Trentesaux