À Lille, les « forêts urbaines » de Martine Aubry désespèrent les Verts

Lors de la dernière campagne municipale, Martine Aubry a annoncé vouloir végétaliser le cœur de Lille en plantant des « mini-forêts ». Plus d’un an après son élection, où en est cette promesse ? Si les plantations progressent, l’ambiguïté du concept de « forêt urbaine » expose la majorité socialiste aux critiques de l’opposition écologiste.

Plantation Foret plaine de la Baltique
Enclos de la plantation de la mini-forêt de la plaine de la Baltique, dans le quartier du Faubourg de Béthune, à Lille. Photo : Marion Rivet.

Un nouveau poumon vert de mille mètres carré à Lille. C’est pour cet objectif ambitieux que des riverains et des enfants du quartier de Faubourg de Béthune se sont relayés du 4 au 6 novembre à la Plaine de la Baltique. Dans cet espace partagé entre lotissements et potagers locaux, les visiteurs ont participé à la plantation de 2 500 pousses d’arbres. Imaginé par la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) et financé par la Fondation du Crédit Mutuel, ce ballet paysager a été encouragé par la mairie de Lille afin de réaliser l’une des promesses de Martine Aubry lors de la dernière élection municipale : créer des « mini-forêts » au coeur de Lille.

Depuis quelques années, ces termes de « forêt urbaine », « mini-forêt » ou même « boisement urbain » s’invitent régulièrement dans les programmes de candidats aux élections locales. A Lyon, Nantes ou encore Paris, tous les exécutifs installés depuis 2020 ont désormais recours à ce vocabulaire. Et Lille n’est pas en reste. Le programme de la candidate LREM Violette Spillebout prévoyait par exemple que deux « forêts urbaines » verraient le jour, dont l’une sur le site de Saint-Sauveur. Si elle n’a pas chiffré son ambition en la matière, Martine Aubry s’est engagée à planter plus de 20 000 nouveaux arbres d’ici 2026 (34 343 étaient recensés, en 2019, dans cette ville très minérale). Les forêts urbaines constitueraient un moyen privilégié d’y parvenir.

Le rôle de celles-ci va bien plus loin que les arbres d’alignement plantés dans les rues. Conçus comme des refuges de biodiversité, ils permettent de lutter contre la pollution ambiante et les . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Arthur Bamas