Métropole de Lille : un président ne devrait pas s’entourer comme ça…

Le fonctionnement du cabinet du président suscite des critiques croissantes au sein de la collectivité, y compris parmi des élus de la majorité. Postes non pourvus, turnover élevé, nominations douteuses ou encore avantages injustifiés... Damien Castelain semble rester sourd aux alertes.

2022-03-damien-castelain-cabinet-brahim-azallade
En août 2020, le président de la MEL, Damien Castelain, appelle à ses côtés Brahim Azallade, un novice complet dans le monde des collectivités locales, et lui accorde le titre flou de conseiller spécial. Illustration : Pierre Leibovici

Mais que se passe-t-il à la MEL ? Alors que la collectivité semble en ordre de marche, qu’elle concrétise – enfin ! – des projets importants au premier rang desquels le Schéma directeur des infrastructures de transport (SDIT), alors que le nouveau patron des services, Marc Pons de Vincent, poursuit avec poigne et méthode la réorganisation complète de ce paquebot de 2 600 agents, Mediacités a recueilli de nombreuses critiques spontanées au sujet du (dys)fonctionnement du cabinet du président. Un cabinet « inexistant » voire « catastrophique », selon les termes utilisés par deux vice-présidents, pourtant membres de la majorité de Damien Castelain. Un « bunker », selon des salariés de la MEL.

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Jacques Trentesaux