Métro de Lille : les vraies raisons du retard du doublement des rames

Prévues pour une entrée en fonction en 2016, les nouvelles rames allongées du métro lillois ne seront sans doute pas prêtes pour les Jeux Olympiques 2024. Face à un prestataire – Alstom – défaillant, la MEL est prise au piège d’un choix trop audacieux. Jusqu’à quand ?

2022-12-Metro-Lille.Florian-Marette-unsplash
Une rame du métro de Lille à la Porte de Douai. Photo : CC Florian Marette / Unsplash

C’est un serpent de mer de 52 mètres de long. L’un de ceux qu’on aurait préféré ne jamais croiser dans les couloirs de la Métropole européenne de Lille (MEL). Ce serpent de mer, c’est bien sûr le projet de doublement des rames du métro lillois avec lequel la collectivité se dépatouille tant bien que mal depuis plus de dix ans. Mediacités s’était déjà penché sur ce fiasco industriel le jour de son lancement. C’était le 1er décembre 2016. Six ans plus tard, nous avons essayé de comprendre les raisons de cette déroute. Une mission délicate tant les protagonistes se murent dans le silence. Preuve, s’il en est, de la sensibilité du sujet…

Pour comprendre, il faut remonter le temps. Jusqu’à mai 2012 très exactement. C’est à cette date que la MEL annonce le grand vainqueur de l’appel d’offres consacré à la modernisation du métro lillois et au passage de 26 à 52 mètres de ses rames. De quoi augmenter de moitié la capacité de la ligne 1 et de 30 % celle de la ligne 2. Il est en effet prévu que les rames anciennes basculent sur la ligne 2 dont la fréquence minimale entre chaque rame passerait de 2 minutes 10 à 1 minute 30.

À la clef ? Un investissement à 630 millions d’euros, dont 266 millions destinés à l’achat des nouvelles rames. Une part importante de cette somme est aussi fléchée sur l’aménagement des stations. Car si les concepteurs du métro lillois avaient prévu dès l’origine la possibilité d’accueillir des rames de 52 mètres, de nombreux travaux de gros oeuvre demeurent nécessaires.
Le choix surprise d'Alstom

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Pierre Januel