Pollution : comme une petite pluie de kérozène autour de l’aéroport de Lyon

Au nord de l’aéroport Saint-Exupéry, près du parc Miribel Jonage, pêcheurs et riverains observent d’étranges traces de pollution. Selon une association – analyse scientifique à l’appui –, il s’agirait de kérozène non brûlé largué par les avions au décollage.

dessin pollution Saint-Exupery
Une pollution tombée du ciel ? Au nord de l’aéroport Saint-Exupéry, des habitants observent régulièrement de drôles de tâches huileuses. Dessin : Jean-Paul Van Der Elst.

Valérie Pommaz habite depuis trente ans la petite commune de Thil, en bordure du parc de Miribel Jonage, à une dizaine de kilomètres à vol d'oiseau de l’aéroport de Saint-Exupéry. En 2010, elle fait creuser un étang près du pré où elle élève des chevaux. Elle aperçoit peu de temps après de drôles de tâches huileuses à la surface de l’eau. « Je n’ai pas fait attention tout de suite, mais une fois que je les ai repérées, je me suis rendue compte qu’elles apparaissaient de manière aléatoire, au moins une fois par mois, en fonction des vents », raconte-t-elle. Autour du champ de Valérie Pommaz, pas de route, ni de dépôts industriels, ni d’usine d’aucune sorte. Comme si cette pollution tombait du ciel… Elle hésite mais finit par contacter l’Acenas, association contre l’extension et les nuisances de l’aéroport Saint-Exupéry : « J’ai cru qu’ils allaient me prendre pour une folle. »

Bien au contraire. L’Acenas prend son témoignage très au sérieux. L’association mène son enquête et découvre que

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 4 minutes

Par Blandine Flipo