Agglomération de Lyon : dix projets anachroniques dans « le monde d’après »

Entrepôt Amazon, « gigamarché » Leclerc de Meyzieu, bétonisation de La Terre des lièvres à Caluire-et-Cuire… Alors que Gérard Collomb vient de renoncer à son périphérique ouest et que la crise sanitaire nous invite à repenser nos façons de nous déplacer ou de consommer, Mediacités a recensé et cartographié les projets de l’agglomération lyonnaise en totale contradiction avec une nécessaire remise en cause de notre modèle de développement.

Lyon-ANdia
L’agglomération de Lyon s’étend en direction de l’Est. Photo : Andia.

Retiendrons-nous les leçons de la crise du Covid-19 ? Alors qu’a débuté, la semaine dernière, avec le déconfinement, le lent processus de « retour à la normale », à quoi ressemblera le monde de l’après-coronavirus ? Impossible, bien sûr, de répondre à ces questions. Elles peuvent toutefois se décliner domaine par domaine. Notre approvisionnement alimentaire est devenu un enjeu majeur - mettant en lumière les circuits courts et leurs limites actuelles : continuerons-nous à bétonner des terres agricoles ? À étendre, toujours plus, les grandes surfaces commerciales au détriment des commerces de proximité ? La limitation des échanges internationaux a démontré notre dépendance aux importations : continuerons-nous à construire des entrepôts logistiques géants, où transitent des produits fabriqués à l’autre bout du monde ? De nombreux scientifiques analysent la pandémie actuelle comme une conséquence des atteintes de l’Homme à la biodiversité : continuerons-nous à détruire des espaces naturels pour, au choix, de nouvelles zones industrielles ou des tronçons autoroutiers ?

Ces interrogations sont d’ordre global. Elles sont tout autant d’ordre local. Déjà alertés par l’urgence climatique, nous voilà incités, à la faveur de la crise sanitaire, à repenser notre modèle de développement, nos modes de consommation et de déplacement. Les appels à changer d’ère se sont multipliés depuis l’apparition du coronavirus. Un des derniers en date émane de l’ancien ministre Nicolas Hulot. Baptisé « Le temps est venu », son manifeste égrène 100 principes et cinq « propositions politiques » dont la numéro 2 n’est autre que financer la transition grâce à « une dotation exceptionnelle » de plusieurs milliards d’euros destinée aux collectivités territoriales.

Des vœux pieux ? Mediacités a recensé, à l’échelle de l’agglomération lyonnaise, les projets qui font fi de toute remise en cause [voir notre carte interactive ci-dessous]. Des projets anachroniques dans « le monde d’après ». « Anneau des sciences » (le périphérique ouest abandonné ce mardi 19 mai par son principal promoteur, le maire de Lyon Gérard Collomb), gigantesque entrepôt d’Amazon à Saint-Exupéry, bétonnage de la zone maraîchère de La Terre des lièvres à Caluire-et-Cuire, agrandissement du Leclerc de Meyzieu… Si notre liste

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 21 minutes

Par Elise Moreau