Déjà trois semaines que Cécile Jacob, associée à la ferme des Bien Vivants à Champlecy (Saône et Loire), ne touche plus terre. Cette productrice de fromage de chèvre, viande et charcuterie a pris de plein fouet l’annonce du confinement, le 17 mars dernier. Plus de restaurants, ni de cantines. « Concrètement, la moitié de nos débouchés sont au point mort », détaille‐t‐elle. « 20% de notre production part dans les restaurants et les traiteurs, 20% part à Rungis, 10% chez l’affineur qui commence à sur‐stocker ». Tout ça en plein pic de production, avec du « boulot par‐dessus la tête ». Bref, la catastrophe.

Mais l’agricultrice n’a pas eu le choix. « On s’est dit : qu’est-ce que qu’on fait ? On a des charges, il faut rentrer de l’argent. On a décidé de monter un réseau sur Lyon. On a créé un bon de commande qu’on a partagé à nos amis, ils l’ont fait passer entre eux, et il s’est retrouvé sur la page Facebook des réseaux solidaires créée à la suite de la fermeture des marchés. Ça a amplifié notre réseau, les commandes se sont remplies… puis on est parti à l’aventure, de Lyon Est à Lyon Sud, avec neuf arrêts. C’est crevant mais génial, les gens sont très encourageants ! ». Enthousiaste, Cécile Jacob se dit prête à poursuivre dès la semaine prochaine, voire même au‐delà du confinement. « Désormais on a la liste de mails, un moyen d’avoir directement accès aux gens. S’ils sont intéressés, ils commanderont. »
300 demandes pour 120 paniers
L’annonce de la fermeture des marchés, le 23 mars dernier, a amplifié une tendance déjà existante, mettant en lien direct producteurs et consommateurs via les réseaux sociaux. Jérémy, un habitant du quartier de la Guillotière témoigne : « Ma femme fait partie d’un groupe de parents d’élèves sur WhatsApp. Un des parents a fait passer le contact d’un producteur se proposant de faire des paniers. On a passé commande et récupéré notre panier devant une boutique cours de la Liberté ».

Aidés par des commerçants qui leur ont mis leur pas‐de‐porte à disposition, les producteurs des marchés sont nombreux à s’être débrouillés pour garder leurs clients. Comme Cédric Pochon, maraîcher à Chaussan, dans les Monts du Lyonnais. « Normalement je vends sur le marché de Saint‐Just. J’avais des mails de clients déjà, et le comité d’intérêt local du quartier m’a donné d’autres contacts. J’ai ét …

🤚STOP Cet article est réservé à nos abonnés.
 Cependant…
😀 Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d’abonnement.
Ou bien apprenez‐en plus sur Mediacités…
Si vous êtes déjà abonné, connectez‐vous.

Mediacités c’est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 300 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !