Sur le papier, Lyon a tout d’un eldorado pour les couples qui souhaitent vivre un accouchement physiologique ou « physio ». Huit des dix maternités de la métropole disposent d’une « salle nature » ou d’un espace physiologique selon les données du réseau local de périnatalité Aurore. Si on s’en tient à ce chiffre, les hôpitaux semblent avoir pris la mesure des aspirations des futurs parents à ce type d’accouchement qui vise une moindre médicalisation, une plus grande autonomie des couples et une attention particulière au respect des besoins de la mère et de l’enfant.

À la maternité de Givors, pionnière en matière d’accouchement « physio » [lire plus bas], se sont ajoutées de nombreuses initiatives dans les principaux établissements de l’agglomération - hôpital Femme Mère Enfant, Médipôle, Natecia, Lyon Sud - comme dans le secteur libéral où se développe notamment « l’accompagnement global » (suivi par un même professionnel de santé, des premiers mois de la grossesse aux premières semaines du bébé). Mais, comme l’illustrent les témoignages recueillis par Mediacités de jeunes mamans déçues voire traumatisées par

L’info indépendante a une valeur

Les journalistes de Mediacités proposent chaque jour des enquêtes et analyses locales exclusives. Sans pub, seuls les abonnements financent notre travail. Aidez nous à renforcer notre indépendance.

Profitez de 24h d'accès gratuit pour lire cet article et tous les autres !

  • Lisez chaque semaine nos nouvelles enquêtes
  • Participez à nos investigations
  • Sans engagement. 60€/an ou 7€/mois