Lactalis, roi de la dissimulation

Bien avant le scandale des salmonelles, Lactalis s’était déjà distingué en cachant ses défaillances aux pouvoirs publics. Falsification de produits, optimisation fiscale, rejets polluants, etc., Mediacités s’est replongé dans les dossiers d'un empire très secret.

Lactalis Craon
L'usine de Craon où ont été produits les laits infantiles contaminés aux salmonelles / Photo: AP Photo/David Vincent/SIPA

Opaque. Depuis le début du scandale du lait infantile contaminé, le même adjectif revient pour qualifier le géant de l’agroalimentaire Lactalis, présidé par Emmanuel Besnier. Une culture – un culte – du secret profondément enracinée au sein du groupe de Laval, en Mayenne : à la lumière des dossiers passés du laitier, force est de constater que l’entreprise de la famille Besnier entretient un art certain de la dissimulation.
Craon : petits arrangement (déjà) avec la règlementation
L’usine Célia de Craon est au cœur de ses déboires actuels, mais ce n’est pas la première fois qu’elle cause des tourments à Lactalis. Acheté par le groupe en 2006, le site s’est équipé en 2012 d’une seconde tour de séchage pour produire de la poudre de lait. Celle‐ci domine les environs de la bourgade du sud de la Mayenne et les embaume certains jours d’une odeur de vanille. Problème : Lactalis l’a construite un peu vite. L’entreprise entame les travaux (en mars 2012) sans prendre la peine d’attendre les résultats d’une enquête publique, pourtant obligatoire. Or ceux‐ci s’avèrent défavorables, en raison notamment de la destruction d’une mare.

Rien de crucial en matière de sécurité alimentaire, mais la méthode témoigne de l’habitude qu’a le groupe de s’affranchir des règles administratives et d’une sorte de sentiment de toute puissance dans son fief mayennais. Lactalis « place les autorités administratives devant le fait accompli », déplore alors le commissaire enquêteur. La justice a d’ailleurs fini par lui donner raison. En juin 2016, le tribunal administratif de Nantes annulait ainsi le renouvellement de l’autorisation d’exploitation de l’usine, octroyée par la préfecture de Mayenne à l’occasion de son extension. Les juges sanctionnaient notamment les insuffisances de l’étude environnementale menée par le groupe à cette occasion. « Le respect des procédures environnementales est applicable à tous et aucun industriel n’est au‐dessus des règles, quel que soit son poids économique, se félicitait alors Jean‐Christophe Gavallet, le président de France Nature Environnement Pays de la Loire. A …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 7 minutes

Favorite

Par Nicolas Barriquand et Benjamin Peyrel