Lactalis : en Mayenne, les élus au service du laitier

Défense de critiquer ! En Mayenne, aucun élu local – tous bords confondus – ne se risque à froisser le premier employeur privé du département. Bien au contraire… Une règle tacite observée lors de la crise des salmonelles et qui ne date pas d’hier.

Siège Lactalis Sipa
Le logo du groupe Lactalis, empêtré dans l'affaire du lait infantile contaminé à la salmonelle / Photo: AP Photo/Francois Mori / Sipa

Un tweet vaut parfois mille mots. Le 16 janvier dernier, alors que sur France 2 Elise Lucet et son équipe de Cash Investigation coursent Lactalis et son mystérieux patron Emmanuel Besnier, le président UDI du conseil départemental de la Mayenne Olivier Richefou se fend de 241 caractères sur le réseau social : « Très franchement ce #lactalisbashing est insupportable ! Encourageons nos entreprises françaises qui sont des leaders sur le marché mondial. Le département @lamayenne est fier d’accueillir @groupe_lactalis ce qui n’empêche pas la vigiliance ! ».

Des dizaines de twittos s’abattent alors sur l’élu pour ce soutien (presque) inconditionnel à l’industriel au cœur du scandale du lait contaminé à la salmonelle. Au point que dans un savoureux retournement, le hastag « #Richefoubashing » fait son apparition ! Vu de Mayenne, pourtant, une telle prise de position n’a rien de surprenant. Voilà des décennies que les élus locaux, tous bords confondus, prennent la défense du laitier. Et qu’importe la nature des accusations ! Une déférence qui s’explique par des intérêts communs, grands – la défense de l’emploi – comme petits.
2666 salariés en Mayenne
Dans la tempête actuelle, c’est Elisabeth Doineau, sénatrice UDI de la Mayenne depuis 2014, qui fut la première à dégainer. Dès le 7 janvier, la parlementaire publie un communiqué pour accabler Le Canard enchaîné et ses révélations « qui parasite[nt] l’instruction de l’enquête ». En s’avançant un peu vite, elle écrit …

Nous vous offrons l’accès à cet article

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e‑mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e‑mail à des tiers. En cas d’échec, écrivez à contact@mediacites.fr
  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je découvre un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité

Notre survie dépendra de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence. 

Notre survie dépend de vous

Un journal local, sans pub, qui enquête chaque semaine sur les pouvoirs locaux en toute indépendance. Voilà ce que propose Mediacités. Voilà ce que vous pouvez sauver en prenant ce [contre] pouvoir. Abonnez‐vous aujourd’hui, et faites la différence.
Je m’abonne

  • J’accède aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • Je soutiens un média 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • J’empêche les pouvoirs locaux de gouverner en rond
  • Je peux résilier mon abonnement à tout moment et facilement

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Favorite

Par Nicolas Barriquand, Adrien Disson et Benjamin Peyrel