Saint-Nazaire : avec les travailleurs de l’ombre des chantiers navals

Jusqu'à 45 heures de travail par semaine pour moins de 1400 euros par mois. Une vie de labeur passée d'un chantier à l'autre, d'une chambre d'hôtel pour trois à l'autre, loin de son pays et de sa famille... Comment vivent ceux qui font tourner les chantiers navals ? A quoi aspirent-ils ? Florent Pommier raconte, en texte et en images, sa rencontre avec les travailleurs détachés de Saint-Nazaire.

st nazaire_FPOMMIER_mediacites-14
Markos fume une cigarette sur le pas de la porte de l’hôtel Appart city de Saint-Nazaire. Il est tard ce vendredi soir et il travaille encore demain, comme tous les samedis. Il flirte souvent avec les 48 heures de travail hebdomadaires, le plafond légal. / Photo : Florent Pommier

Ils sont deux à préparer un dîner dans une minuscule kitchenette d'un hôtel à bas prix de Saint-Nazaire. L'odeur d’huile d'olive chaude emplit l'espace, les oignons sont presque prêts à être frits, le temps de tirer quelques dernières larmes au gaillard qui les coupe. A partir d'un téléphone, les deux collègues s'enivrent de musique populaire grecque diffusée par une émission de télé-crochet d'une chaîne publique. Puis Peter reçoit un appel de sa femme. Son fils de trois ans veut lui parler et le voir en vidéo. Alors il enfile ses écouteurs et répond à l'appel sur la messagerie instantanée Viber. Rires, complicité, émotion... « Vous me manquez », dit-il à son fils et sa femme (il me traduit sa phrase après coup car je ne comprends rien). Peter est touché de pouvoir ainsi échanger avec sa famille, qui habite une coquette maison de la province de Kozani, dans

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Profitez de deux jours pour lire cet article et parcourir tous nos autres contenus :

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers. En cas d'échec, écrivez à contact@mediacites.fr

  • Accédez aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrez un média 100% indépendant et sans aucune publicité

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. En vous abonnant aujourd’hui, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 15 minutes

Par Florent Pommier