Démonstration de force en cet après-midi d'automne près de l'arrêt de tramway Commerce, à Nantes. Des camions de police et de CRS, des policiers lourdement armés sont postés à l'entrée du Cours Franklin Roosevelt. Nous sommes au seuil du principal point de deal du centre-ville de Nantes. Là où, chaque jour, officient de 20 à 30 « charbonneurs », ces petits dealers de terrain, légèrement approvisionnés, au service des plus gros trafiquants. La police occupe le terrain et tente de rassurer une population excédée par un négoce et des règlements de compte de moins en moins discrets. Mais à quelques mètres de là seulement, à la Fnac, un jeune homme paye un accessoire à 170 euros avec des liasses de billets de 10 euros qu'il recompte nonchalamment, sous le regard gêné d'une caissière.

La scène est moins anecdotique qu'il n'y paraît. Elle témoigne de la manière dont évolue la trafic de drogues à Nantes ces derniers mois : sans freins et dans un va-et-vient subtil entre farouche dissimulation et richesse ostentatoire. Les chiffres sont étonnants. Alarmants même. Selon le fichier du ministère de l'Intérieur recensant les crimes et délits enregistrés par la police (et qui ne donne qu'un aperçu partiel de la réalité), les affaires concernant le trafic de stupéfiants ont explosé entre 2012 et 2018 : + 140 % pour le « trafic et revente sans usage de stupéfiants »

Il vous reste 80% de cet article à découvrir !
Nous vous offrons un accès de 24h pour découvrir nos articles les plus récents
Nous vous enverrons nos dernières enquêtes et des offres d'abonnement.
Ou bien apprenez-en plus sur Mediacités...
Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous.

Mediacités c'est :

  • Un site 100% indépendant (seuls nos lecteurs nous font vivre)
  • Chaque semaine de nouvelles enquêtes (et plus de 1 000 déjà publiées)
  • Des newsletters sur les municipales (Lille, Lyon, Nantes, Toulouse)
  • La participation aux enquêtes (idées de sujets, documents confidentiels, événements)
  • Le moyen de faire vivre une information libre et sans publicité
La curiosité est un beau défaut,
vous aussi, adoptez Mediacités !
Nicolas Mollé
Journaliste depuis une vingtaine d'années, j'ai démarré mon parcours dans la presse professionnelle spécialisée dans l'industrie de la musique, dans un titre aujourd'hui disparu nommé Musique Info Hebdo aux Editions Larivière (Rock & Folk). J'ai aussi été pigiste pour des médias aussi variés que RFIMusique, Le Télégramme, Points de Vente, L'Echo de la Presqu'île, l'Hebdoscope, l'Excellent Maghrébin, Livres Hebdo, Rue 89, Concertlive.fr, Les Inrocks... J'ai été journaliste économique pendant cinq ans pour Le Journal des Entreprises du Morbihan (à l'époque où ce mensuel était intégré au groupe Le Télégramme). Mais j'ai aussi développé des aptitudes à l'interview et au reportage ainsi qu'à tous les formats journalistiques, de la brève à l'enquête, en passant par le portrait. J'ai vécu à Paris, Belfort, près de Vannes et désormais à Nantes, depuis 2014.