Plus un vol commercial depuis le lundi 30 mars et jusqu’à une date indéterminée… Alors que l’arrivée du printemps s’accompagne habituellement d’une recrudescence du nombre de mouvements d’avions, avec l’accroissement de l’activité des compagnies low-cost, le ciel et le tarmac de l’aéroport de Nantes-Atlantique restent vides depuis quinze jours. Ou presque. Comme le précise Vinci Airports, son exploitant, la plateforme accueille encore « les vols gouvernementaux, les évacuations sanitaires, les transports d’organes et le transport de fret ». Lundi 11 avril, un gigantesque avion cargo en provenance de Chine s’est ainsi posé sur sa piste. Dans ses flancs, une cargaison de 11 millions de masques à destination du personnel soignant prioritaire.

A ces quelques exceptions près, à Nantes, comme partout en Europe, l'épidémie de Covid-19 a mis le trafic aérien à l'arrêt. Bien sûr, ce gigantesque « shutdown » fait peser un risque majeur sur l’avenir des compagnies aériennes. La moitié d’entre elles pourraient avoir « disparues en juin », expliquait récemment dans Le Monde, le directeur de l'Association internationale du transport aérien (IATA), Alexandre de Juniac. Et si les syndicats de compagnies sont aujourd’hui à la manœuvre pour obtenir un soutien de l’État,
Suppression de la taxe d'aéroport ?
Le 14 avril, le Syndicat des compagnies aériennes autonomes (Scara) demande de « repenser le rôle de l’État dans le transport aérien » Par exemple en supprimant la taxe d'aéroport, à la charge des compagnies. Selon le Scara, elle « finance la . . .

Plus que jamais, votre ville a besoin d'un média indépendant.

Abonnez-vous dès 5€ par mois

ou lisez nos derniers articles librement pendant 24h


Isabelle Jarjaille
Journaliste indépendante​ depuis 2011​, j'enquête sur la gestion des services publics par le privé et son impact sur les finances publiques.​ ​Mon livre enquête "Services publics délégués au privé, à qui profite le deal ?" est sorti le 27 mars 2018​. ​Je suis également en charge du cours Techniques d'enquête en licence Info Com à l'IUT de Lannion et je porte un projet d'éducation aux médias dans deux lycées agricoles. Je suis membre du bureau du Club de la presse de Bretagne, pour promouvoir les médias et ceux qui les font au quotidien : les journalistes, notamment les pigistes.