Alimentation bio, locale et de saison à Nantes : la nouvelle lutte des classes ?

Malgré le foisonnement des AMAP, des coopératives et autres boutiques spécialisées dans la métropole nantaise, pas facile pour tout le monde de manger plus sainement, en respectant l’environnement. Question de prix, bien sûr, mais pas seulement. Mediacités explore les limites de ces nouveaux modes de consommation et les solutions pour les ouvrir au plus grand nombre.

Image rare d'un broccoli appelant d'autres légumes à la rescousse
Que faire, alors, pour qu’une alimentation, aussi bénéfique pour la santé que pour l’environnement, soit à la portée de toutes et tous ? Photo d’illustration : Pierre Leibovici

«Est-ce que notre action permet non seulement de soutenir une agriculture durable, mais aussi de rendre l'alimentation bio accessible ? » Cette question, Laurent Berthelot, 50 ans, mordu de fruits et légumes bio et locaux, se la pose régulièrement. En particulier lors de ses permanences aux Locavores nantais, l'une des 64 Associations pour le maintien de l'agriculture paysanne (Amap) de la métropole de Nantes, dont il a contribué à la création il y a un peu plus de dix ans. « Je vois qu'il y a beaucoup de gens qui viennent à vélo à l'Amap. Plutôt une population de jeunes cadres blancs, impliqués dans des activités qui ont du sens et qui se questionnent sur leur consommation. » Très bien. Mais les autres ? Pourquoi sont-ils aux abonnés absents ?

L'alimentation bio, locale ou de saison est-elle réservée aux « bobos », comme le veut le cliché dont on l’affuble souvent ? Si la réalité est évidemment un peu plus nuancée, les chiffres renvoient néanmoins à un mode de consommation de niche. Dans la métropole nantaise, 13 % des ménages privilégient ainsi l'achat de fruits et légumes locaux, en vente directe (pas d'intermédiaire), en circuits courts (un seul intermédiaire) ou sur les marchés. Et 4 % seulement sont adhérents d’une Amap ou fréquentent un réseau d'achat groupé de produits locaux.

Même portée « marginale » en ce qui concerne le bio : 18 % des ménages optent systématiquement pour des fruits et des légumes bio quand 37 % n’en achètent jamais (9 % et 61 % pour la viande). Certes, ces données produites par l'Agence d'urbanisme de la région nantaise (Auran) datent de 2018 et le temps, comme la crise sanitaire, ont peut-être fait évoluer les choses. Mais sans doute pas de façon massive.

Du bio et du local pour tous ?
Que faire, alors, pour . . .

Découvrez Mediacités gratuitement pendant 48h

Les journalistes de Mediacités vous proposent chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs. En vous inscrivant aujourd’hui, vous pourrez :

  • Accéder aux 4 éditions de Mediacités gratuitement (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse) pendant 48 heures
  • Découvrir un média 100% indépendant et sans aucune publicité

En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez nos conditions générales d’utilisation.
Mediacités s’engage à ne pas céder votre adresse e-mail à des tiers.


Publié le

Temps de lecture : 7 minutes

Par Mathilde Doiezie