Pesticides: la carte de la France toxique

Vote européen sur le glyphosate, scandales sanitaires et écologiques, remise en cause du modèle agro-industriel… L’usage intensif des pesticides a beau faire désormais l’objet de larges débats, il ne faiblit pas pour autant. Comme le montrent les chiffres dévoilés par Mediacités, les ventes de produits phytosanitaires ont même augmenté de 2009 à fin 2016. Découvrez la carte des départements où se vend le plus de pesticides.

Pesticides
Traitement au pesticide d’un champ de colza – Photo: Andia

On appelle ça, au mieux, de l'indécision. Au pire, de la pusillanimité... Le 9 novembre, les États de l'Union européenne n'ont pas réussi à se mettre d'accord pour renouveler, ou non, l'autorisation d’utilisation du glyphosate pour ces 5 prochaines années. La star des herbicides, développée par le géant de l'industrie chimique Monsanto, devrait connaître son sort le 15 décembre prochain. Sera-t-elle condamnée à disparaître du continent  d'ici quelques années ? Peut-être. La décision de l'Union Européenne (UE) changera-t-elle fondamentalement l'usage massif que l'agriculture française fait des produits phytosanitaires depuis plus d'un quart de siècle ? Probablement pas. C'est en tout cas ce que démontrent les chiffres confidentiels rendus publics aujourd’hui par Mediacités. Malgré les débats, malgré les interdictions de certains produits ou usages (les collectivités locales et les établissements publics, par exemple, n'ont plus le droit d'en utiliser depuis le 1er janvier 2017), malgré les plans de lutte, un peu plus de 68 000 tonnes de produits phytosanitaires ont encore été vendues en France en 2016. Soit  4 000 de plus qu'en 2009… N’en jetez plus : la France est accro aux pesticides !
Mediacités vous propose de découvrir la carte de France des ventes de pesticides ainsi qu’un palmarès des cinq substances les plus dangereuses, pour l’environnement comme

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 8 minutes

Par Benjamin Peyrel