Aides, une asso aux bons soins de son ancien directeur général

Malgré quelques avancées salariales obtenues le mois dernier après six jours de grève, le traitement réservé aux employés de l’association de lutte contre le Sida est à des années-lumière de celui octroyé à leur ancien directeur général.

Capture1
Extrait d’une convention entre Aides et Coalition Internationale Sida.

L’association française Aides, fer de lance européen dans la lutte contre le Sida, a beau brandir la transformation sociale comme objectif, elle a tendance à négliger son petit personnel. C’est en tout cas ce que pensent 80 % des 482 salariés qui, du 21 au 26 juin dernier dernier, se sont mis en grève. De Lyon à Nantes, en passant par Lille et Toulouse, 63 lieux d’accueil sur 76, répartis dans toute la France, ont baissé leur grille et accroché des pancartes pour exprimer leur ras-le-bol. Du jamais vu dans ces structures où la plupart des salariés sont d’abord des militants de la lutte contre le sida. « La direction nous a annoncé mi-juin une augmentation mensuelle de 15 euros brut et une prime de... 0 euros, alors que, depuis février dernier, on sait que Vincent Pelletier, notre ancien directeur général, est parti avec un joli pactole. C’est ça qui nous a fait péter les câbles », confie un salarié gréviste.

Un parachute à 50 000 euros et une prime de 7 500 euros

Jusqu’en décembre 2016, Vincent Pelletier occupait deux postes à mi-temps de directeur général. Un à Aides, l’autre à Coalition Plus, une union d'associations créée en 2008 qui intervient dans 35 pays pour lutter contre le Sida et les hépatites, dont Aides est l'un des principaux membres-fondateurs. Comme les deux associations sont domiciliées à la même adresse, même pas besoin de déplacer : Vincent Pelletier dispose d'un seul et même bureau pour gérer les deux structures. Lorsqu’il décide de pleinement se consacrer à Coalition Plus, il signe une rupture conventionnelle avec Aides et se . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Temps de lecture : 3 minutes

Par Eric Dourel