Jonction Est : Toulouse Métropole se couche devant Vinci

Co-financeurs des travaux de cet aménagement autoroutier, Toulouse Métropole et la Région Occitanie voulaient imposer une clause permettant d'évaluer le coût final du chantier. Face au refus de Vinci Autoroutes, la Région s'est retirée du projet, mais pas Toulouse Métropole. Un manque de courage politique qui se chiffre en millions.

Vinci autoroutes toulouse bq
Le nouvel échangeur va voir le jour à 800 mètres de l’actuelle bretelle 17 de la rocade de Toulouse. / © GC

C’est l’histoire d’une délibération qui remplace une délibération qui remplace une délibération... Mardi 16 février, les élus de Toulouse Métropole qui siègent en commission consultative ont étudié une nouvelle convention de financement entre Autoroutes du Sud de la France (ASF), filiale de Vinci Autoroutes, et la collectivité, consacrée au projet de Jonction Est sur l’A61. Cette dernière « annule et remplace » une délibération votée le 7 novembre 2019, qui elle-même remplaçait un texte voté le 26 septembre 2019.

Cette nouvelle mouture acte le retrait du conseil régional d’Occitanie d'un projet estimé à 35,9 millions d’euros et pris en charge à 50% par ASF. Initialement, la part des financements publics était partagée entre la Région, à hauteur de 2,9 millions d'euros, et Toulouse Métropole, à hauteur de 14,95 millions d'euros. En annulant son enveloppe, le Conseil régional force donc Toulouse Métropole à remettre la main au portefeuille pour investir un total de 17,95 millions d’euros.                    

Selon la délibération métropolitaine, consultée par Mediacités, la Région Occitanie aurait tout simplement changé d’avis, préférant finalement financer des pistes cyclables plutôt que des bretelles de voies rapides. En fait d'écologie, c'est en fait dans un souci de bonne gestion des deniers publics que la Région s'est désengagée.

« En raison d’un désaccord sur le montage financier de l’opération . . .

Notre survie dépend de vous

Un journalisme local indépendant, sans publicité, avec chaque semaine des enquêtes introuvables ailleurs : voilà ce que vous propose Mediacités. Aujourd’hui, plus de 5 300 abonnés soutiennent notre travail. Mais ce n’est pas suffisant : nous recherchons 2 000 abonnés d’ici la fin 2022 pour continuer à enquêter. En vous abonnant aujourd’hui, dès 3 euros par mois, vous pouvez faire la différence.
Je m’abonne

  • Accès aux 4 éditions de Mediacités (Lille, Lyon, Nantes et Toulouse)
  • 100 % indépendant, avec 0 % de publicité
  • Résiliation facile à tout moment

Publié le

Modifié le

Temps de lecture : 6 minutes

Par Gael Cérez