L’entourage de Carole Delga ne se résume pas à son cercle proche d’élus et de membres de son cabinet, tel que nous l’avons déjà décrit. Au fil des années, la présidente socialiste a noué des relations avec plusieurs personnalités de la société civile. Certaines ont rejoint sa liste pour les élections régionales en juin prochain. D’autres continuent de la conseiller dans leurs domaines d’expertise.

Alors qu'elle annonce l'arrivée de Yannick Jauzion sur sa liste tarnaise, le 4 mai dernier, Carole Delga assume cette ambition de « rassembler des personnalités ancrées dans la vraie vie, qui incarnent leurs territoires et partagent des valeurs communes ». La légende du Stade Toulousain et du XV de France, reconvertie en chef d’entreprise, n’est pas le premier de ces candidats « de la vraie vie ». La présidente sortante a créé la surprise en présentant, le 26 mars, Vincent Bounès, son tout premier colistier issu de la sacro-sainte société civile, catapulté en deuxième position sur la liste Occitanie en commun.

Un médecin comme n°2

Novice en politique, le quadragénaire dirige le Samu de Haute-Garonne. C’est Michel Boussaton, médecin lui aussi - et surtout élu sortant délégué à la santé et non candidat à un mandat supplémentaire - qui l’a introduit auprès de la présidente socialiste. « Le premier repas (entre Boussaton, Bounès et Delga, NDLR) date d'il y a deux ans. Au début, la présentation n'avait pas été faite pour une candidature, mais pour discuter avec le directeur du Samu. Et il est apparu une convergence d'idées sur beaucoup de sujets... Alors au moment d'envisager qui pourrait me succéder, nous sommes vite tombés d'accord », confie l'ancien chirurgien.

Au-delà du Covid, les deux soignants planchent déjà sur le plan de bataille de la Région pour acquérir de nouvelles compétences en matière de santé. Un sujet complexe qui ne peut être développé, selon Michel Boussaton, que par des professionnels maîtrisant leur discipline. « À titre personnel, je pense qu'il est important, quand on assume une responsabilité, qu'on sache de quoi on parle. Certaines thématiques ne s'accordent pas bien avec le politique professionnel », argue le médecin.

Même logique lorsque Carole Delga approche personnellement Jalil Benabdillah, patron de l’entreprise industrielle SDTech et ex-président de l'association Leader Occitanie , pour l'inviter – avec succès – à rallier sa liste gardoise... Une belle prise politique pour la socialiste commingeoise. Car si Jalil Benabdillah collabore depuis plus de dix ans avec les institutions régionales, il était jusqu'alors vice-président d’Alès Agglomération aux côtés de l’élu régional... LR Christophe Rivenq. Un mandat dont il a démissionné en janvier. « Jalil aurait pu rester premier vice-président et capitaliser sur le travail effectué sur le territoire alésien (...), décrypte un conseiller régional PS héraultais. Sa proximité avec Carole est née de plusieurs déplacements au Maroc. Ils partagent des affinités personnelles et des vues communes sur le développement économique à l'étranger. En acceptant, il est sorti de sa zone de confort. »     

Confidences de big-boss

Le patron de SDTech n’est pas le seul entrepreneur à graviter autour de Carole Delga. Fonction oblige, les relations de cette dernière avec le président de la CCI Occitanie Alain Di Crescenzo sont nombreuses. « Il fait partie des gens avec qui elle travaille bien. Il amène beaucoup de choses », assure un élu régional héraultais. Vice-président de l'aéroport Toulouse-Blagnac, Alain Di Crescenzo intervient notamment en matière d'aéronautique, secteur touché par la crise sanitaire depuis un an.

Comme lui, plusieurs patrons murmurent désormais à l'oreille de Carole Delga. Président du groupe Pierre Fabre et du Castres Olympique, Pierre-Yves Revol aurait ainsi tissé de véritables liens d'amitié avec la présidente du conseil régional. Depuis le début de son mandat, Carole Delga a été de toutes les sorties de la Fondation Pierre Fabre et a subventionné le nouveau siège tarnais de leur division « Consumer Health Care » à hauteur d'1 million d'euros en 2017. Côté vignes, l’entourage de la socialiste rapporte une amitié similaire avec Gérard Bertrand. Surnommé par le journal Le Monde, le « prince des Corbières », cet ancien rugbyman écoulait près de 25 millions de bouteilles par an en 2018. L’élue et le chef d’entreprise ne se quittent presque plus... En 2019, ils inaugurent ensemble la cuvée « Art de vivre » du viticulteur chez les frères Pourcel, deux restaurateurs montpelliérains renommés. La presse les retrouvent ensuite côte à côte lors du plan de relance économique de la filière viticole en juin 2020 ; ou encore lors de la plantation de ceps de vigne dans les jardins du musée régional Narbo Via, dans l'Aude en mars 2021... « Ils sont très copains », confirment plusieurs élus socialistes.

À mi-chemin entre le monde des affaires et du sport, on trouve aussi le président du Stade Toulousain Didier Lacroix parmi ceux dont l’avis compte pour la présidente socialiste. « Elle a de très bonnes relations avec lui et avec la famille Ntamack. Ils sont régulièrement consultés ou ils le seront, notamment pour la création de la Cité du rugby (annoncée en 2026 à Toulouse, NDLR) », confirme un élu régional de la majorité.

Carole Delga a su également nouer une bonne relation avec les fils Nicollin, patrons du club de foot de Montpellier et acteurs majeurs dans la collecte des déchets ; ou encore avec Bernard Guasch, grand nom de la charcuterie industrielle catalane...

« Ne pas laisser penser que c'est la candidate des patrons »

Chefs d’entreprise ou présidents de clubs sportifs, la majorité des personnalités qui inspirent la présidente de Région se trouvent au sommet de la hiérarchie dans le monde de l'entreprise, à en croire les proches de Carole Delga. Rien d’illogique puisque le développement économique est l'une des compétences majeures du conseil régional. Mais lorsqu'il est question d'amitié, l'effet de loupe interpelle. « Il ne faut pas laisser penser que c'est la candidate des patrons. Carole parle avec tout le monde, tempère Kamel Chibli, élu régional et directeur de campagne. Elle n'a pas forcément de relations amicales avec eux. Les enseignants, les syndicats, les cheminots, tous les corps intermédiaires seront aussi auditionnés. »

Ces deux derniers mois, comme pour rectifier la tendance aux yeux du grand public, l'équipe de campagne a mis en place une plateforme participative pilotée par Nadia Pellefigue, vice-présidente à l’Economie et troisième sur la liste de Carole Delga en Haute-Garonne. L’initiative aurait permis de recueillir les avis de 804 participants, selon le site de la liste Occitanie en commun. En seraient issues « 274 propositions », actuellement à l’étude dans le bureau de l'ancienne secrétaire d’État, dont le sort n'est pas encore fixé…