Quel regard portez-vous sur la première année d’exercice du nouvel exécutif métropolitain ?

Rudy Elegeest : Il faut se souvenir du premier mandat de Damien Castelain pour juger le plus honnêtement possible de son action. En 2014, les maires des petites communes avaient profité des pertes des mairies de Roubaix et Tourcoing par la gauche pour placer opportunément un des leurs, sans idées ni projets. Cette improvisation, nous l’avons payée cher : la métropole de Lille fut longtemps à l’arrêt. Les conseillers métropolitains n’ont, par exemple, véritablement commencé à se pencher sur le développement des infrastructures de transports collectifs qu’en 2019…

En août, profitez de 15 jours pour lire cet article et tous les autres !